Menu



Faits Divers

Enquête judiciaire : Deepak Bonomally autorisé à rentrer chez lui après son interrogatoire du poste de police de Moka


Rédigé par E. Moris le Lundi 1 Mars 2021



Enquête judiciaire : Deepak Bonomally autorisé à rentrer chez lui après son interrogatoire du poste de police de Moka
Quelques heures à peine après que la magistrate de l’enquête judiciaire ait ordonné à la police d'initier une enquête sur les possibles délits que Deepak Bonomally pourrait avoir commis, le directeur de Bo Digital était interrogé au poste de police de Moka.

Le directeur de Bo-Digital a été autorisé à partir après son interrogatoire «under warning» au poste de police de Moka cet après-midi. Deepak Bonomally, dans sa défense, a évoqué des raisons de sécurité, qui l’auraient poussé à ne pas fournir certaines informations exactes en Cour lors des travaux de l’enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen.

Rappelons que Me Azam Neerooa a demandé à la magistrate VIdya Mungroo-Jugurnauth de réprimander le directeur de Bo Digital, pour une histoire d’inexactitudes et de mensonges. 

Interrogé par Me Azam Neerooa, l’ancien footballeur avait affirmé qu’il habite un appartement à Phoenix alors qu’en cour hier, il a déclaré qu'il habitait Quinze Cantons, puis Caro Lalliane. Il y a eu aussi une histoire de location d’un bureau. Le mois qu’a dit Deepak Bonomally ne correspond pas à ce qui est indiqué sur le document. 

Le représentant du DPP a fait remarquer ces inexactitudes à la magistrate et a demandé à ce que témoin soit sanctionné. Ce dernier a tenté de justifier son acte en disant qu’il tentait de protéger sa famille. Quant à son avocat, Me Ganessen Mooneesawmy, il a déclaré que son client souffre de dépression. La magistrate a réservé sa décision sur la demande de sanction et a demandé à ce qu’un certificat médical attestant de cela soit produit en cour.
 
 

Lundi 1 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.