Menu


Faits Divers

[Enquête criminelle] La police pense que c’est pour venger Okeeb que Fakhoo a été tué


Rédigé par E. Moris le Lundi 22 Février 2021



On en sait un peu plus concernant les faits qui sont reprochés aux six suspects arrêtés dans le cadre de l’enquête visant à faire la lumière sur le meurtre de Manan Fakhoo.

Apparemment, un des objectifs était de « donner une leçon » au groupe de Manan Fakhoo suite à l’agression de Fardeen Okeeb. Un autre consistant à mettre un frein aux agissements du groupe Fakhoo-Shibchurn.

Des policiers seraient impliqués dans l'agression et le kidnapping de Fardeen Okeeb

Six suspects sont toujours en détention dans le cadre de cette enquête. Tous nient une quelconque participation dans l’attentat meurtrier. Si la police a décidé d’interpeller le groupe, c’est sur la base de renseignements obtenus par des sources sur le terrain.

Ces derniers ont déclaré qu’une rencontre a eu lieu en janvier dans un “hall” à Port-Louis. Plusieurs des suspects étaient présents à cette réunion. Les participants avaient déploré la façon dont la police menait son enquête. En s’attardant sur les participants, l’attention des enquêteurs a été attirée par Yassin Meetoo, dont le van avait été aperçu à Beau-Bassin le 20 janvier. Les six suspects arrêtés à ce jour sont les frères Meetoo, Yassin et Belal, Noorudhin Bhollah, Muntasir Gokhool, Oomar Beharry et Mooltasam Sadullah Aboosama.

Rappelons que l’une des personnes impliquées par Fardeen Okeeb, Vivek Ramfu l, est passée aux aveux. Il a reconnu qu’il faisait partie des agresseurs et a impliqué feu Manan Fakoo, Senna Budlorun et Vishal Shibchurn. Il a aussi déclaré qu’un haut gradé de la police était au courant de ce qu’ils allaient faire et que des policiers étaient sur place lorsqu’ils ont embarqué l’internaute. Fardeen Okeeb coopère avec la police, a souligné son avocat, Me Assad Peeroo.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.