Menu

Société

Enfin de nouvelles conditions pour les employés des médias


Rédigé par E. Moris le Lundi 10 Avril 2023



Enfin ! Les journalistes et employés des médias bénéficieront de meilleures conditions de travail. Du moins, plus justes et favorables !

Quoi qu’on puisse penser du gouvernement actuel, ces mesures sont à saluer. Il était temps de revoir les conditions dans lesquelles certains journalistes travaillent dans certains médias. Dans l’un d’eux, c’est comme à l’époque du servage ! Bienvenus aux amendements annoncés par le ministère du Travail, il y a quelque temps, et gazetté sous la section 93 du Employment Relations Act.

Ainsi, les employés des médias vont bénéficier du paiement des heures supplémentaires. Jusque-là, c’était naturel de travailler plus pour la boîte. De plus, chaque employé du Groupe A (journaliste, secrétaire de rédaction, caricaturiste, présentateur à la radio…) qui travaille un jour férié devra être rémunéré le double des 8 heures. Ils auront droit aussi à une «grooming allowance» de Rs 4 000 qui doit être payée au plus tard le 31 mai.

L’employeur doit aussi faire subir à chaque employé un examen médical complet tous les six mois. Si un médecin détecte un problème de santé lié au travail qui nécessite une enquête ou un traitement supplémentaire, l’employeur devra permettre à l’employé de se libérer pour assister à ces rendez-vous médicaux.

Les amendements à la loi prévoient également une allocation mensuelle pour les frais de service Internet et connexes pour les employés de presse de Groupe A. Elle est de Rs 1 500 par mois. Cette allocation permettra aux employés de presse d’accéder facilement aux informations en ligne et de travailler à distance si nécessaire. Le Newspapers and Periodicals Employees (Remuneration) Regulations 2019 ayant été abrogé, ces nouveaux amendements sont en vigueur depuis le 1er février 2023.

Lundi 10 Avril 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H