Menu



Justice

En cour suprême, Me Kaviraj Bokhoree demande au chef juge s’il est vacciné


Rédigé par E. Moris le Lundi 14 Juin 2021



Des propos qui frisent l’outrage ! En cour suprême ce matin, Me Kaviraj Bokhoree a eu à présenter des excuses au chef juge après lui avoir demandé s'il s'était fait vacciner contre la Covid-19. C’était dans le cadre de la contestation des restrictions imposées par les autorités contre les personnes non-vaccinées contre la Covid-19. Une action de Joseph Lindsay Mario Marion et Deenarain Lokee. 

L'avoué Me Kaviraj Bokhoree continue ses frasques avec fracas

Mais ce que l’on retient, c’est l’avertissement du chef juge à l’avoué Kaviraj Bokhoree. Ce dernier, à un certain moment, a demandé au chef juge s’il était vacciné. Dieu seul sait où il voulait en venir. Mais le chef juge lui a dit qu’il ferait mieux de s’asseoir tranquillement derrière l’avocate. « Vous devez vous demander si vous avez le droit de me poser cette question et si vous n’êtes pas à la limite de l’outrage à la cour », a répondu Asraf Caunhye. 

Kaviraj Bokhoree s’est tranquillement rassis, après avoir présenté ses excuses au chef juge. 
Rappelons que les actions manquent de précisions ou comportent des failles. D’abord, Me Lovena Sowkhee, avocate représentant Joseph Lindsay Mario Marion, un chauffeur de van scolaire, a demandé à pouvoir amender certains documents… afin de mettre hors de cause l'Organisation mondiale de la Santé et de rectifier le nom du ministère de la Santé. Sa demande a été autorisée. 

Puis, la question a porté sur le délai prescrit concernant le formulaire de consentement obligatoire imposé par les autorités pour administrer le vaccin contre la Covid-19. Finalement, la décision a été prise d’abandonner les deux motions. Reculer pour mieux sauter !

Lundi 14 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.