Menu



Santé

En alerte rouge, la Santé continue d'induire en erreur la population sur les chiffres Covid


Rédigé par E. Moris le Lundi 15 Novembre 2021



Il n'a échappé à personne que la Rédaction de Zinfos Moris refuse de participer à la farce en publiant les chiffres officiels recensés par le ministère de la Santé depuis la fin août. 

Des cas de Covid dans le pays, toujours en légère baisse. Une manipulation des chiffres honteusement mis en avant par le trio Gaud-Joomaye-Jugatpal à travers un comité santé présidé par le Premier ministre et qui, depuis belle lurette n'a plus aucune crédibilité.

Oubliez le lockdown annonce Jagutpal

Le nombre de cas asymptomatique annoncés quotidiennement induit consciemment en erreur la population. En effet, les chiffres publiés sont manipulés, car les hôpitaux et les personnes de moins de 65 ans ainsi que les personnes ne présentant pas de symptômes ne sont plus sujets à des tests covid dans les hôpitaux et cliniques privées de l’île. De ce fait les chiffres publiés sont basés sur moins de tests effectués, ce qui arrange le gouvernement. 

Par ailleurs, alors que plus d'un millier de résultats positifs sont obtenus quotidiennement grâce aux tests rapides, le ministre de la Santé insiste que ces chiffres ne doivent et ne peuvent être comptabilisés. Rappelez-vous, que le représentant, très diplomatique, de l’Organisation mondiale de la santé à Maurice a été interrogé sur la non-comptabilisation des tests rapides par les autorités. Ce qu’il a dit est très intéressant. Peut-être pas pour Kailesh Jagutpal !

« L’OMS recommande que tous les tests, y compris les rapid antigen, soient comptabilisés », a-t-il déclaré. Les propos du Dr Laurent Musango n'ont eu aucun effet sur les autorités mauriciennes. Quand aux nombres de décès c'est le même topo ! Maurice fait fi du protocole de l'OMS sur la comptabilisation des chiffres des décès directement ou indirectement liés au Covid et "P****" sur tout le monde ! 

Lundi 15 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.