Menu



Société

Emploi fictif : le ministre Sawmynaden toujours pas convoqué aux Casernes Centrales


Rédigé par E. Moris le Jeudi 28 Janvier 2021



Dans les faits, la police doit convoquer le ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden et l’interroger « under warning », ceci dans le cadre de la comparution du ministre Sawmynaden, suite à la Private Prosecution logée contre lui par la veuve de Soopramanien Kistnen.

Pour rappel, dans sa Private Prosecution, la veuve de Soopramanien Kistnen accuse Yogida Sawmynaden d’avoir fait une "fausse déclaration" à la Mauritius Revenue Authority (MRA). Elle avance que le ministre a déclaré à tort qu’elle est employée comme « Constituency Clerk » touchant un salaire mensuel de Rs 15 000.

Les Mauriciens ont-ils toujours autant confiance en leur police ?

Face à la presse, dans le cadre du meurtre de Manan Fako à beau-Bassin, le chef du Central CID, le DCP Heman Jangi interrogé sur une éventuelle convocation du ministre du Commerce aux Casernes, avait expliqué que la police a consigné plusieurs déclarations dans cette affaire, et elles doivent être vérifiées et contre-vérifiées avant que la police ne procède à la convocation de Yogida Sawmynaden. Mais depuis plus rien.

Alors que le procès reprendra ce vendredi devant la magistrate Zeenat Bibi Cassamally, qu'en est-il de l'assurance du patron du Central CID pour faire avancer l'enquête ?

Lors de la dernière audience, Me Abdool Raheem Tajoodeen du bureau du DPP, avait reçu l’assurance du DCP Heman Jangi, que l’enquête avance à grands pas et que le dossier serait bientôt complété et soumis. De ce fait, les travaux ont été ajournés, le temps que la police boucle son enquête.

Pourquoi cette enquête interne semble t-elle s'éterniser ? Rappelons que le Premier ministre a "foul konfians", victime d'une "cabale" envers son ministre et aurait mené sa propre enquête avant de le blanchir.

Jeudi 28 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.