Menu


Société

Empêcher les gens de fumer : un risque pour le confinement à Maurice ?


Rédigé par E. Moris le Vendredi 27 Mars 2020



Photo illustration
Photo illustration
Il convient de rappeler que les bureaux de tabac restent ouverts pendant la période de confinement à l'étranger sauf à Maurice.

Le couvre-feu imposé depuis le lundi 23 mars a pris tout le monde de court, la fermeture des supermarchés également. Du coup, certains accros à la nicotine ont le sentiment d'avoir été oubliés. Il ne s’agit pas là en effet, d’encourager la consommation mais davantage d’éviter un surplus de stress et de frustration dans un quotidien déjà peu évident à vivre pour beaucoup.

Un sevrage brutal et forcé a peu de chance d’être un sevrage réussi.

L'épidémie a mis Maurice à l'arrêt avec un couvre-feu instauré dans les mesures drastiques prises par les autorités pour freiner la propagation de l'épidémie.

Malgré les messages de prévention martelant “Fumer tue” et alors que l’abstinence tabagique devrait figurer dans les consignes de prévention contre la maladie venue de Chine.

Il est - de tout temps - primordial pour sa santé d’arrêter de fumer.

Mais la nicotine crée une vraie dépendance chez les fumeurs. Si on en empêche brusquement un d’avoir sa dose. Il va subir des symptômes de manque important, surtout si c’est un gros fumeur. Il va finir par tout casser chez lui, sortir pour avoir sa dose et tout faire pour avoir son tabac. Cela poserait un problème de contrôle pour la quarantaine.

En effet, les fumeurs en manque pourraient être tentés de se rendre chez des amis ou des vendeurs à la sauvette pour trouver des cartouches. Ce qui est malheureusement le cas avec un marché parallèle au noir qui s'est développé très vite à travers l'île. On se donne les infos par le biais du bouche-à-oreilles avec des prix frisant l'escroquerie. Ce qui ne décourage pas les fumeurs en manque...




 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.