Menu


Divers

[Emmanuel Bussier] Au secours !


Rédigé par Emmanuel Bussier le Mercredi 6 Mars 2019

J'écris cette tribune à contre-cœur et au grand dam des amateurs du sport hippique à l'île Maurice.



Le Mauritius Turf Club tire un bilan très positif de l'année 2018 et semble, de là, voir l'avenir sereinement. Mon avis est qu'elle continue à vivre dans son monde, son microcosme. Cette association semble vivre et s'inspirer de l'air ambiant.

Elle, qui se vante de faire vivre 1001 familles, combien en a-t-elle détruite avec le ' gambling '? À l'heure de la démocratisation, au lieu de diversifier ses sources de revenus, l'association du MTC choisit le sens inverse. Le recrutement d'un CEO n'est que mirage. Et là, la Gambling Regulatory Authority vient à crocs acérés, avec une série de mesures, et le gouvernement ne devrait pas tarder à suivre avec des annonces officielles et des signaux forts.

En sus de guerres intestines au sein du MTC qui ne mènent à rien puisque personne n'ose s'exprimer publiquement ou n'a le leadership nécessaire, les dangers viennent aussi de l'extérieur, puisque cette association, vieille de plus de 200 ans, je le répète, refuse de se démocratiser.

Les sanctions ou appels législatifs, à l'heure de l'uniformisation, ne tiennent que pour permettre au MTC de continuer à perdurer, dans ses copinages. Continuer à perdurer avec des pratiques douteuses. En effet, 75-80% des acteurs de l'industrie, en sus du social, ne sont pas là pour l'amour du cheval, mais pour se faire de l'argent. Et là, beaucoup sont pris pour les dindons de la farce dans un bal d'hypocrites.

L'heure n'est plus à jeter par la fenêtre son salaire pour un produit qui ne tient plus la route. L'on connaît tous les pratiques des écuries qui consiste à berner propriétaires et ' punters ' en leur promettant monts et merveilles, puis à en chercher de nouveaux, pour faire perdurer le cycle vicieux. L'on connaît tous l'argent sale et le blanchiment qui s'y passe actuellement. Les cas de dopage et de malveillances pullulent.

Récemment, l'affaire Zylpatérol, où une enquête est en cours. Le produit étant considéré comme un anabolisant, quelles seront les retombées? Va-t-on autoriser des chevaux ayant été traités à un anabolisant en pré-saison courir? Combien sont-ils? 

La concurrence, avec raison, se frotte les mains, qu'ils soient le loto, le football ou les courses étrangères. Ne vaut-il mieux pas jouer une mise hebdomadaire de Rs 100 au loto en espérant toucher le jackpot? Ou se passionner devant le foot en ayant supporté financièrement son équipe ou ses idées raisonnablement? Ou encore s'extasier devant les courses étrangères dans des pays où les associations tendent à se démocratiser? 

Pour tout cela, ancien stable supervisor et détenteur de la licence d'assistant-entraîneur, j'appelle à un boycott des courses organisées par le Mauritius Turf Club cette année et ça indéfiniment.