Portrait satirique

Eau de Parfum Cacachanel N°5

Lundi 12 Novembre 2018

L'ex directeur de la MBC, Nando Bodha, recyclé en ministre des Infrastructures publiques et chef de gare pour le projet Metro Express, est aussi le roi de l'événementiel.


Si il fallait l'assurance que Nando Bodha se présente comme un ministre la foire fouille, il vient d'être  missionné pour la coordination des préparatifs en vue du lancement du chantier constitutionnel de la réforme électorale. Rien que ça !

Le ministre à talonnettes et aux yeux crayonnés de khôl nous a réservé bien d'autres surprises. Il a aussi lancé un salon de l'agriculture où ont défilé cabris, veaux, vaches, cochons. 

L'apothéose fut tout de même mars 2018. Il a célébré en fanfare les 50 ans de l'Indépendance en tant que président du comité interministériel avec une enveloppe d'un peu plus de Rs 58,5 millions ! 

Dans le sillage des réjouissances des 50 ans de l'indépendance, on lui avait confié également la première édition de la Mauritius Cinema Week qui a coûté plus de sept millions de roupies. Notre nouveau Monsieur Cinéma a affirmé que l’objectif fixé avec cet événement a été atteint. Après Emmanuelle Béart et Rani Mukerji, c'était au tour de Barbara Hendricks de débarquer à Maurice pour on ne sait combien de centaines de milliers de roupies pour plaire à une certaine élite.

Rebelote pour la seconde édition. Un Mauritius Cinema Week avec des "stars" version étoile filante, le tout avec des ministres déguisés en de pâle copie de Lawrence d'Arabie comme dans une grande traversée du désert. Aucun engouement du public et encore moins des mauriciens qui ont observé la bouffonade de très loin.

Le fils spirituel du ministre mentor, malgré un beau-frère très encombrant, s’est vu confier la supervision du plus important projet d’infrastructure de l'île après Mahé Labourdonnais ! Le Metro Express, ce machin que le parti Soleil n'en voulait absolument pas, est comme un cadeau empoissonné avec toutes les emmerdes que ça engendre.

Quand on arrive à claquer sept millions en une soirée uniquement pour le lancement du projet "Metro Express" sans que le coût final du projet soit rendu public et sans CEO. Il y a deux postures à adopter. On admire ceux qui ont ce talent si unique de claquer des sous qui ne leur appartiennent pas ou d'essayer de comprendre le tour de magie. Une facture salée. Rs 600 000 pour « manze-bwar » et des latrines mobiles à Rs 100 000 et tout un tas d'autres joyeusetés aux frais des contribuables.

Le ministre des Infrastructures publiques a indiqué qu’il n’y a eu que deux problèmes importants depuis le début des travaux du Metro Express. Il s’est voulu rassurant. 13 % des travaux de la première phase ont été complétés jusqu’ici. On n'ose imaginer les surprises à venir...

Candidement il l'avoue « un problème en est un de trop ». Si le chantier avance de manière satisfaisante, des obstacles surgissent en cours de route. On claque des millions pour des soirées pinces fesses mais pour une décision stupide d'économiser Rs 13 millions, ils n’ont pas utilisé de ground penetration radar !

Piteusement face à une question parlementaire du leader de l'opposition, Nando Bodha confie :
 « je suis d’accord. Cet incident n’aurait pas dû se produire ».
Et comme pour pousser l'absurde à la stupidité, afin de venir au secours des habitants incommodés par les odeurs nauséabondes des eaux usées à la suite d'un tuyau endommagée, une distribution de désodorisants ont été distribués !

On n'invente rien ! C'est du génie ! Pourquoi n'a t-on pas penser à verser du Chanel n°5 dans les égouts ?! 

Qu’en est-il de l’eau, est-elle propre à la consommation ? Est-ce que des examens ont été faits et quid des eaux usées qui continuent à infiltrer les nappes phréatiques ? C'est le flou total. 
 

Rédigé par E. Moris le Lundi 12 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.