Menu


Justice

Droits d’auteur : Abaim obtient gain de cause contre la demande d’injonction de Claudio Veeraragoo


Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Janvier 2020

Claudio Veeraragoo reprochait au groupe musical philanthrope d’avoir illégalement reproduit sur son dernier album quatre morceaux sur lesquels il dit détenir seul tous les droits et de les avoir classifiés dans le domaine public.



Le chanteur Claudio Veeraragoo avait fait servir une mise en demeure au groupe Abaim, à la MASA et à Harbour Music (distributeur) pour non respect de ses droits sur quatre morceaux de l’album ReKreasyon.

Il affirme en effet, que Banane, Ayo Lisa, Mama zordi et Ti kabo dan lamer sont ses compositions et qu’elles ont été enregistrées en tant que tel à la société qui gère ses droits d’auteur.

10 ans de bataille judiciaire

Le groupe Abaim ayant déclaré ces morceaux comme étant issus du patrimoine oral, donc du domaine public, les royalties restent dans la caisse publique, selon les dispositions de la loi.

«Nous pensons que ces morceaux appartiennent à la nation toute entière à travers sa tradition orale. Nous sommes arrivés à cette conclusion de par notre travail de recherche et de par l’analyse de résultat de ses recherches», explique Alain Muneean, membre du groupe fondateur du groupe.

L’affaire présentée a pris fin ce mercredi 15 janvier, les morceaux relèvent du patrimoine mauricien et non de la propriété du chanteur de séga.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.