Faits Divers

Drame à Henrietta : Le frère du suspect arrêté pour non-assistance à personne en danger

Samedi 4 Janvier 2020

On en sait un peu plus sur ce qui s'est passé à Bord Cascades, Henrietta, lors de cette terrible nuit le jeudi 2 janvier.

Alors que Sheena Rosun et ses deux enfants en bas âge étaient séquestrés par Bhavish Rosun au domicile familial, sous la menace d'un sabre, le frère de ce dernier, aurait refusé l'accès aux policiers mandés sur les lieux pour leur porter secours. Il a été arrêté pour non-assistance à personne en danger et a passé la nuit en détention.

Quelques instant plus tôt, Bhavish Rosun, aurait menacé de tuer son fils de deux ans. Il avait agressé sa femme Sheena à coups de «belna» et de «tuyau» et leur benjamin, âgé d'un an, à coups de sabre.

Lors de cette opération, rappelons que, Bhavish Rosun a été tué par la police de trois balles : deux à l’abdomen touchant le cœur et une au cou, c’est ce qu’a conclu l’autopsie. 

L’un des deux enfants, âgé d’un an, grièvement blessé, a été admis à l’hôpital. Il a subi une intervention chirurgicale. Son état de santé est juge sérieux. 

A noter que les quatre policiers de l'Emergency Response Service (ERS) de Vacoas, qui sont intervenus au domicile de cet habitant de Bord Cascades, Henrietta, jeudi soir, ont donné leurs versions des faits aux enquêteurs.

Il semblerait que même après avoir été atteint d’une première balle, l'homme a continué d'agresser son fils âgé d’un an à coups de sabre. La mère de l'enfant essayant tant bien que mal de protéger son enfant.

Sheena, l'épouse de Bhavish Roshun, a déclaré : «c'est en sauvant ma vie et celle de mes enfants que le policier a ouvert le feu».

Dans le cadre de l'enquête, Sheena, l’épouse de Bhavish Rosun a confié que son époux avait consommé de l’alcool et une autre substance illicite avant le drame. La mère de Sheena a relaté sur les ondes radios que sa fille était victime de violence conjugale et que son gendre était un récidiviste en la matière.

L'enquête se poursuit...

Rédigé par E. Moris le Samedi 4 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.