Menu



Santé

Dr Catherine Gaud : l’épidémie est « petite » à Maurice


Rédigé par E. Moris le Lundi 21 Juin 2021



L'île Maurice est un immense cluster avec des zones rouges, plus de 3000 personnes sont en quarantaine et le gouvernement est obligé d'imposer la vaccination obligatoire dans les secteurs de la Santé et de l'Education, mais pourtant il y en a toujours une pour minimiser la situation, l'inimitable Dr Gaud !

L'Union africaine est mieux informée sur la présence des variants à Maurice

Privés de plages, vivant sous cloche, les frontières toujours fermées, les Mauriciens sont inquiets de la gestion et des conséquences de cette pandémie sur leur vie, ne voyant toujours pas le bout du tunnel après une seconde vague dans un pays supposément "Covid-Free". Mais c'est sans compter la conseillère au Bureau du Premier ministre, Dr Gaud, qui fait ce qu'elle sait mieux faire, enjoliver la situation.

Seconde vague à Maurice : Il y a eu une faille affirment les scientifiques

En incluant Maurice sur sa liste des pays où il y a la présence de variants Alpha, Beta et Delta, le Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies a créé une onde de choc. Comment se fait-il que l’organisme ait été au courant de cette information, sans que le ministre de la Santé ne communique des explications à la population.

Selon la Dr Catherine Gaud qui se veut rassurante, ces variants ne sont apparus que parmi les passagers qui sont restés en quarantaine et non dans la communauté. Toujours selon la Dr Gaud qui s'est confiée dans un média, la situation de la pandémie à Maurice « n’est pas hors de contrôle », l’exercice de traçage de cas contact est « efficace ». A noter, que des milliers de personnes se sont retrouvés en quarantaine pour un coût estimé à ce jour à près de Rs 400 millions aux frais de l'Etat donc des contribuables. Une situation chaotique.
 

Lundi 21 Juin 2021


1.Posté par Caro le 21/06/2021 13:27
Petite comme toi!!!!
Oh my gaud!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.