Menu



Santé

Dr Catherine Gaud : «Le protocole mauricien est très exigeant par rapport à d’autres pays»


Rédigé par E. Moris le Jeudi 7 Mai 2020



Le Dr Catherine Gaud membre du COVID 19 National Communication Committee, a animé le point de presse ce jeudi.

Elle a donné des détails d’un patient déclaré guéri du COVID 19, le 21 avril dernier, d’après le protocole établi, qui a lors d’une visite non liée au COVID 19, testé positif lors d’un contrôle de routine le 5 mai dernier à la clinique Welkin. 

C'est en jouant sur les mots et en assurant le service après-vente du ministère de la Santé que le Dr Catherine Gaud a assuré que les résultats de ces tests ne sont pas réellement positifs, mais plutôt «indéterminés», avec un nouveau test à la clé demain. Pour le Dr Gaud, le patient ne porte pas de virus contagieux.

«Le protocole mauricien est très exigeant par rapport à d’autres pays»

L’immunologiste a souligné le caractère particulier de ce cas. Dans  le cas de ce patient, un ressortissant étranger âgé de 46 ans, ce n’est que 23 jours plus tard qu’un premier test négatif a été obtenu.

Toujours selon le Dr Gaud, le 5 mai, le ressortissant étranger s’est rendu à l’hôpital Wellkin «pour des symptômes qui n’ont rien à voir avec le Covid-19». Il n’avait pas de fièvre ni de toux.

Covid-19 : Catherine Gaud, ancienne politicienne à La Réunion fait la leçon aux Mauriciens

Dr Catherine Gaud était responsable de RIVE, une association de lutte contre le sida à La Réunion. C'est cette casquette qui l'a faite découvrir aux Réunionnais. Puis comme vice-présidente de la Région et très proche de Paul Vergès qu'elle accompagnait dans tous ses déplacements. 

Quand le ministre Mauricien de la Santé affirme que sur le coronavirus, "tout n'est pas dit à La Réunion"-Pierrot Dupuy
 
Aujourd'hui à la retraite, les Mauriciens la découvrent prenant régulièrement la parole lors de conférences de presse en tant que consultante auprès du National Communication Committee.
 

 

Jeudi 7 Mai 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.