Politique

[Dossier] Quand nos ministres s'illustrent par leur piètre performance à l'étranger !

Dimanche 4 Novembre 2018

Et rebelote ! L'Attorney General devra faire face de nouveau à un comité des Nations Unies ce mercredi 7 novembre. 

Sa piètre performance à Genève les 14 et 15 août dernier lorsqu'il a présenté le rapport de Maurice au comité onusien pour l'élimination de la discrimination raciale et où il a eu à répondre à des questions sur l'élimination de la discrimination raciale à Maurice, restera dans les annales tant la performance était médiocre.

Maurice devrait faire face à l’Examen périodique universel du Conseil des droits humains de l’Organisation des Nations Unies ce mercredi. Un exercice qui permettra d’examiner la situation des droits de l’homme dans les 193 États membres de l’organisation. 

Lors de son audition, le ministre de la Justice devra expliquer aux experts de l'ONU la situation des droits humains à Maurice. Notamment sur l’abolition complète de la peine de mort. Pour rappel, Maurice n’a pas encore ratifié le protocole, comme recommandé par le comité, en 2017.

Il devra également répondre sur le mariage des enfants où le comité avait exhorté Maurice d’abolir toute forme de mariage d’enfant et le ramener à l’âge de 18 ans. Concernant la National Human Rights Commission, le comité avait souligné que la sélection des membres n’est pas suffisamment transparente. Le comité relève également l’homophobie et les discours haineux à l’encontre des membres de la communauté LGBT et les inégalités entre les différentes communautés  de la société mauricienne.

Bon courage à Maneesh Gobin !

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Discrimination-raciale-Quid-de-la-place-des-Creoles-Maneesh-Gobin_a854.html


[Dossier] Quand nos ministres s'illustrent par leur piètre performance à l'étranger !

Après s'être illustré en jetant un pavé dans la mare en laissant entendre que l’Inde n’aura pas besoin de permis d’Environment Impact Assessment (EIA) pour la construction d’une jetée et d'une piste d’atterrissage de trois kilomètres à l’île du Nord.

Que dire cette fois-ci de la délégation, dirigée par la vice-Première ministre Fazila Jeewa-Daureeawoo qui participait à la 71e Session Committee on the Elimination of Discrimination Against Women, le 30 octobre, à Genève !

Face aux questions des experts internationaux, les représentants mauriciens se sont illustrés par une très  mauvaise préparation des dossiers. Face au manque de statistiques et de données détaillées, Fazila Jeewa-Daureeawoo était obligée d'avouer piteusement : «Nous avons un gros problème concernant la collecte de données à Maurice».

Tout comme il était surprenant voir troublant de constater l'incapacité de la ministre à répondre à une question sur le budget accordé à son ministère pour des programmes de prévention contre la violence. Un comble pour celle qui semblait être le "bon élève" du gouvernement !

Voici la liste des questions sans réponses de la ministre :

- Le cas Christopher Perrine, qui a bénéficié d'une remise de peine malgré un casier judiciaire chargé/ Les propos de l'ancien chef juge Victor Glover qui a déclaré qu'il n'avait pas toutes les informations et que dans les affaires de viol, «la question à poser est de savoir si la personne était consentante».

- Le nombre de femmes Mauriciennes occupant le poste d'ambassadrices/ Pourquoi aucune étude n'a été menée pour connaître les causes profondes du désengagement des femmes en politique ? 

- Qu'en est-il d'une loi spécifique pour le viol conjugal ?

- Pourquoi les prostituées sont punies par la loi et pas les clients ?

 - L'absence d'étude concernant les avortements clandestins.

- Les chiffres de l'exploitation des ouvrières étrangères sur le marché du travail.

-  Protection Order/ La situation des LGBT/ La sodomie, la délégation mauricienne devait souligner que la question est à l'étude. Sur les plaintes liées au harcèlement sexuel, pourquoi les lois mises en place ne profitent pas aux femmes ?
 

Pour sauver la face de cette déculottée à l'internationale, la juge Aruna Devi Narain qui siège sur le Committee on the Elimination of Discrimination against Women et l'avocate Pramila Patten, nommée au poste de Special Representative of the Secretary-General on Sexual Violence in Conflict au sein des Nations unies ont été qualifiées par leurs pairs comme d'«excellent, outstanding and accomplished mauritian experts».

Source: L'express "Discrimination et violence contre les femmes : carton rouge à Maurice"


Rédigé par E. Moris le Dimanche 4 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.