Menu



Société

[Dossier] Pourquoi l'aide internationale par milliards dans la lutte du coronavirus doit cesser à l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Dimanche 2 Mai 2021

Abus des Emergengy Procurement Procedures et politique d'opacité du High-Level Committee for Covid-19 présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Le scandale des achats par millions au prix supérieur du marché concernant les équipements et médicaments ne sont qu'une partie de l'iceberg.



Après un don japonais de Rs 100 millions pour l’achat des équipements médicaux dans le cadre du Covid-19, le 5 août 2020, afin d'aider le gouvernement mauricien face à la pandémie, c'est un prêt à conditions préférentielles de Rs 11,5 milliards pour aider Maurice à faire face à l'impact négatif socioéconomique de la pandémie de la Covid-19.

Dans ce contexte, le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, et l'ambassadeur japonais à Maurice Kawaguchi Shuichiro ont procédé le 22 février dernier à la signature d'un échange de notes.

Un prêt à conditions préférentielles

Afin d’aider l’île Maurice face à la pandémie de coronavirus, le Japon a décidé de mettre une enveloppe de Rs 11, 5 milliards, à la disposition de son gouvernement, à conditions préférentielles. Ce prêt, frappé d’un taux d'intérêt de 0,01%, est remboursable sur une période de 15 ans. 

Quelques détails de l’accord 

Cette convention inclut un échange de notes entre les deux pays. Dans cet accord, le Japon a par ailleurs prévu une aide financière d’environ Rs 226 millions pour l’acquisition d’équipements de sécurité et de sûreté maritimes.

Ceci n’est qu’une des facilités obtenues jusqu’ici par Maurice.

Le pays a déjà obtenu de la Banque africaine de développement un prêt de 188 millions d’euros au pays dans le cadre du COVID-19 Crisis Response Budget Programme. 96 millions de dollars, soit environ Rs 4 milliards, du Fonds monétaire international. Il a aussi cherché l’aide de l’Agence Française de Développement et de la Banque mondiale d’environ Rs 25 milliards. Puis, il y a les diverses ambassades et missions diplomatiques qui ont aidé le pays à travers des petits dons, qui ont toute leur importance. Par exemple, l’ambassade des États-Unis a apporté un soutien financier de $ 500 000 à Maurice alors que le haut-commissariat britannique a mis un Covid-19 Fund pour venir en aide à Maurice.

Pourquoi l'aide internationale devrait cesser 

En raison d'une politique d'opacité prônée par le Premier ministre Pravind Jugnauth, selon le rapport de l'Audit qui fait état de transactions par millions, les dossiers n’ont pas été remis aux auditeurs. Et les dépenses sous le Covid-19 y ont été largement critiquées. Le rapport de l’Audit 2019-2020 pointe du doigt le High-Level Committee sur le Covid-19, mis en place rappelle-t-il tout au long de ses conclusions, par le Prime Minister’s Office, la National Task Force on Covid-19, les ministères de la Santé, du Commerce et dans une moindre mesure celui du Tourisme, la State Trading Corporation et la Mauritius Tourism Promotion Authority. 

Abus des Emergengy Procurement Procedures

Rappelons qu’un milliard de roupies de produits sanitaires ont été acquis à travers la STC principalement pour le compte du ministère de la Santé. Les fameux respirateurs Pack and Blister acquis pour Rs 94 millions et les commandes de médicaments dont les prix ont été gonflés entre 15 et 3,300 %.

Aucun dossier du High-Level Committee au PMO 

Fait surprenant le comité mis sur pied au niveau du ministère de la Santé durant le premier confinement n’a conservé ni agenda ni les comptes-rendus des réunions. Le High-Level Committee for Covid-19 présidé par Pravind Jugnauth, n'a laissé aucune trace. ll est donc difficile, voire impossible, de savoir qui a décidé et autorisé ces achats sous la procédure d’urgence pour, rappelons- le, Rs 1,7 milliard.

Dimanche 2 Mai 2021


1.Posté par Caro le 03/05/2021 07:19
C est clair que ce GM dépense a tort et a travers sans reflechir
Je n irais pas chez eux s il me fallait des conseillers financiers
Mais tôt ou tard , TOUT A UNE FIN!!!!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.