Sport

[Dossier] Plan A et Plan B pour les Jeux des îles de l’océan Indien

Mardi 12 Février 2019

Un peu comme le concours de l'Eurovision, on adore regarder le spectacle quand c'est un pays organisateur mais on craint les dépenses les plus folles sur ce type d'événements quand on l'organise. Les Jeux des iles de l'Océan Indien pourrait se résumer ainsi...un tas d'emmerdes et de l'argent public gaspillé !


Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, accompagné de ses officiers et le Chief Executif Officer du Comité d’organisation des Jeux des Îles (COJI), Jean-Pierre Sauzier, ont  effectué ce mercredi 12 février une visite aux stades de football, notamment Anjalay, à Belle Vue, et Auguste Vollaire, à Flacq, de même qu'à  Anse La Raie, où se tiendra les compétitions de voile et de surf.   

A travers cette mise en scène pour la presse locale, l'équipe se veut rassurante concernant les travaux des Jeux des Iles de l’océan Indien, qui se tiendront du 19 au 28 juillet prochain à Maurice. 

Si Avinash Gopee est persuadé que certaines personnes jouent aux prophètes de malheur et souhaitent que le projet ne soit pas réalisé à temps, le directeur de la Mauritius Multisport Infrastructure Limitedes affirme que le complexe multisportif de Côte-d’Or sera prêt pour les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI), même si il concède que ce ne sera peut-être pas prêt à 100%... 

Ce complexe sportif qui se veut le fleuron de la circonscription Quartier-Militaire–Moka de Pravind Jugnauth est un véritable casse tête chinois. 

La Chine a mis à disposition une somme de Rs 1,9 milliard pour la construction du complexe mais qui au final coûtera Rs 3,1 milliards. Le reste est financé par le gouvernement mauricien. Il se murmure même que l’argent qui finance le projet – soit une partie d’un don chinois –, était destiné à la création d’une école d’aviation pour Maurice et la région. 

Le gouvernement chinois aurait eu des exigences pour financer ce projet. Elle exige que des compagnies de son pays, basées localement, aient priorité sur ce complexe sportif qui sera composé d’un stade de football aux normes de la FIFA, d’une piscine olympique et d’un stade d’athlétisme aux normes internationales et d’un gymnase. 

Ce qui fait qu'à quatre mois de la date de livraison, le 31 juin 2019, avant le coup d’envoi des Jeux des îles de l’océan Indien, le complexe multisport de Côte-d’Or, peine à sortir de terre. Selon la dernière estimation, le projet est arrivé à Rs 4 milliards.  

Le pire reste à craindre si, selon la Private Notice Question (PNQ) de Xavier-Luc Duval, le 22 juin de l'année dernière, sur ce projet à Côte-d’Or, des constructions devront se faire sur pilotis à cause de la complexité du site. 

Les autorités ont déjà prévu un Plan B en cas de retard dans la livraison du complexe de Côte-d’Or. Les matches de foot se joueront au New George V Stadium, à Curepipe, et à Auguste Volaire, à Flacq. La natation aura pour sa part lieu au complexe SPARC de Médine, et le volley-ball au gymnase Pandit Sahadeo, à Vacoas.  
  
Un gouffre financier pour les contribuables, une manne providentiel pour le gouvernement en terme d'image et de contrats. 
 
17 autres sites de compétitions seront une alternative au complexe sportif de Côte d’Or. Pas une mince affaire quand on sait que les rénovations se font 15 ans après... pour un coût de Rs 605 millions. 

Lire également sur le même thème : Jeux des Iles : Budget de Rs 700 millions avec des hôtels cinq étoiles pour les athlètes.

[Dossier] Plan A et Plan B pour les Jeux des îles de l’océan Indien

Rédigé par E. Moris le Mardi 12 Février 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.