Menu


Société

[Dossier] Landscope Mauritius Ldt : Un fiasco programmé


Rédigé par E. Moris le Samedi 23 Mars 2019

Landscope Mauritius a vu le jour après la fusion de diverses institutions tombant sous la juridiction du ministère des Finances. State Property Development Company Limited, Business Parks Mauritius Ltd (BPML), State Land Development Company Ltd (SLDC).



Le président de Landscope, Gérard Sanspeur, et la Chief Executive Offcier, Naila Hanoomanjee s'affrontent sans merci par presse interposée dans des articles "téléguidés".

Deux clans qui ont tout de même comme point en commun, leur proximité avec le clan Jugnauth et propulsés à des postes souvent beaucoup trop grands pour l'un comme pour l'autre, au vu des résultats. Un organisme où fourmille les proches du MSM catapultés dans un board qui ne cesse de faire polémique.

Ce n'est pas le récent communiqué qui se veut dixit "une contre attaque" qui pourra "dédouaner" les piètres performances et le malaise grandissant des employés au sein de cet organisme.

La récente volte-face de Naila Hanoomanjee, la CEO de Landscope Mauritius a de quoi faire marrer concernant son refus d'augmenter son salaire. Effectivement elle aurait perçu, si ce projet avait abouti, un montant total de Rs 327 800. Elle a finalement refusé cette révision salariale et continuera à percevoir la modeste somme de Rs 286 400 avec un contrat prolongé pour trois ans. 

Pour rappel, le départ de Claude Wong So et Koomaren Chetty qui ont claqué la porte, avait permis à Naila Hanoomanjee de percevoir une hausse de Rs 48 550. Son salaire était passé de Rs 163 000 à Rs 211 550.

Outre ce salaire, la CEO a droit à une voiture de fonctions. Les frais de réparation et de maintenance sont à la charge de Landscope Mauritius Ltd. Elle a, par ailleurs, droit à une Driver’s Allowance mensuelle de Rs 8 400, une Petrol Allowance mensuelle de Rs 13 000 et enfin, une Entertainment Allowance de Rs 20 000.  

La décision de Landscope Mauritius d’approuver une augmentation salariale de l’ordre de Rs 74 850 à Naila Hanoomanjee, a été jugée «discriminatoire» par la Fédération des Travailleurs Unis (FTU)et a fait bondir Atma Shanto, qui estime que le montant de cette hausse salariale n'est pas justifié.

Quand on sait qu'à la suite d'une nomination accablante alors que dans une naïveté sans égale, elle avait affirmé de son propre aveu, qu'elle ne savait même pas que le poste existait. La fille de Maya Hoonmanjee, Speaker de l'Assemblée et accessoirement la matante du Premier ministre, continue de nous réserver des surprises dont elle a le secret.  

Un rapport accablant de Verso Consulting, rédigé par un groupe de consultants nommé par Landscope Mauritius et publié l’année dernière, fustige l'organisme. 

Une réunion entre les employés et la direction a eu lieu le 14 mars, entre les syndicats et la direction de Landscope Mauritius. Une réunion qui confirme, si besoin est, que l'opacité la plus totale règne sur cet organisme. En effet, les employés s’offusquent, entre autres, contre le fait qu’ils n’aient pas eu accès au rapport.  

Que dit ce rapport ?  

Dans les grandes lignes, le rapport souligne un déficit de leadership et une mauvaise utilisation des ressources. Concernant l’image projetée par Landscope Mauritius, il existerait une certaine défiance et de confiance au niveau des employés.  
​« L’absence de visions stratégiques et managériales, l’absence de responsabilisation, la coexistence de conditions de travail différentes. »  
L’ingérence politique est un autre facteur qui semble porter atteinte au fonctionnement de l’organisation, les consultants ne manquent pas d’évoquer les « décisions politisées », ou « l’intrusion du politique dans le pilotage des activités. » Jusqu'ici rien de rassurant. 

Est-ce une surprise si le manque de responsable à la tête des divers département a été souligné ? Pas vraiment.  Sur le volet de l'environnement, il est également sans appel : « un manque de résultat, une absence de démarche d’évaluations ».  

Nous sommes en droit de nous demander, lorsqu'un rapport est aussi négatif, que ferait toute personne responsable, quand l'incompétence semble être à son apogée.  

[Dossier] Landscope Mauritius Ldt : Un fiasco programmé
Les nominations politiques du board de Landscope Mauritius Ltd. 

Sharmila Sonah-Ori est celle qui a défrayé la chronique avec sa nomination avortée à l’Electoral Supervisory Commission et l’Electoral Boundary Commission.   

Uttam Sharma Hurnauth, homme de loi et un proche du MSM.  
  
Dunisa Rambarran aussi connue comme Nisha Rambarran-Jootun, épouse de Vikram Jootun, vidéographe et photographe du MSM avant les élections de 2014 et qui sera par la suite nommé directeur de la Mauritius Film Development Corporation.  

Sarah Rawat Currimjee, qui est à la tête du Mauritius Sports Council, et conseillère au ministère de l’Education et au bureau du Premier ministre (PMO) et amie proche du couple Jugnauth.  

Gérard Sanspeur proche de la belle famille de Pravind Jugnauth, connu pour ses faits d'arme dans l'équipe Ensam Nou Kapav de Roshni Mooneeram. Résultats médiocres et peu glorieux à son actif.

La gestion de Landscope a été confiée à Naila Hanoomanjee dont la soeur et ses "biscuits" ont scandalisé l'opinion publique.

Que pensez de cet immeuble de six étages appartenant à Landscope Mauritius Ltd, au coût de Rs 350 millions et qui se trouve aux abords de l’autoroute à Rose-Belle.

Un immeuble fantôme dont l'entretien engloutis des dizaines de milliers de roupies et qui n'est pas utilisé. A ce jour, que des promesses ! De par sa proximité avec l’aéroport, le gouvernement considérait le Rose-Belle Business Park comme une aubaine mais faute de vision...

Aux dernières nouvelles, annoncé sur leur website, le Rose Belle Business Park devait accueillir quatre projets du secteur pharmaceutique et de la santé, dont les promoteurs sont Aegle Mediacal and Surgical Ltd, Nova Health Innovation et Imbex Pharma. Ces quatre projets devait rejoindre la vision de Landscope Mauritius pour la création du Rose Belle Pharmaceutical and Life Sciences Park.

Mais le journal Sunday Times, aux dernières informations disponibles, pour des raisons que l’on ignore, le promoteur s'est ravisé.

Le dernier échec cuisant de Landscope Mauritius Ltd, reste Belle Mare Tourist Village. Le projet a coûté Rs 200 millions à l’État et le site demeure inutilisé. La compagnie est toujours à la recherche d’un promoteur pour une location à bail de longue durée.  


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.