Société

[Dossier] Incendies en série : feux de végétation volontaires ?

Jeudi 16 Août 2018

Du 1er janvier au 30 juillet 2018, 520 cas d'incendie dans des champs de canne ont été recensés par le Mauritius Fire and Rescue Service. Certes, une tendance à la baisse est notée depuis 2016. Mais les autorités s'inquiètent du nombre de sinistre d'assez grande ampleur de ces derniers temps.


[Dossier] Incendies en série  : feux de végétation volontaires ?
Août n'est généralement pas le mois où l'on recense le plus grand nombre d'incendie. N'empêche que cette année, il y en a eu plusieurs d'ampleur assez inquiétante. Évidemment, il y a celui de La Chaumière, au début du mois, qui a tenu les pompiers en haleine pendant près de 48 heures.

Puis, il y a eu celui à Flic-en-Flac, pas aussi important que celui du site enfouissement des déchets certes, mais qui a quand même nécessité l'arrêt des opérations dans une station service et l'évacuation de ses employés.

Enfin, il y a l'incendie de hier dans la région de Goodlands où la route a dû être et qui menaçait tout de même un certain nombre d'habitations.


Ces récents incendies sont-ils réellement d'origine naturelle ? 

Ce n'est pas une coïncidence d'ailleurs si, sur plusieurs radios, les officiers du Mauritius Fire and Rescue Service sont montés au créneau pour, d'abord, insister sur le fait qu'incendier un champ de canne ou même des déchets ménagers constitue un délit. Ensuite, pour rappeler que tout contrevenant s'expose à une amende et même une peine d'emprisonnement. Puis, pour souligner que la négligence reste la principale cause des incendies à Maurice. Enfin, pour préciser qu'ils ont besoin d'indications précises pour pouvoir être efficaces.

Les pompiers, lorsqu'ils interviennent dans les médias, mettent l'accent sur la pratique d'incendier les champs de cannes. D'autant que nous sommes en période de coupe. Et plusieurs propriétaires, pour éviter les frais liés au dépaillage, préfèrent mettre le feu à leurs cultures.

Cela pourrait expliquer le nombre d'incendies qui ont éclaté dans les champs de canne justement. Pour la période s'étalant de janvier à juillet 2018, les pompiers ont recensés 520 cas.

Selon les chiffres officiels, pour toute l'année 2017, il y a eu au total 2 007 incendies dans les champs de canne.

C'était 13 % de moins qu'en 2016 où 2 307 cas avaient été enregistrés. Toujours concernant les champs de canne, le feu avait ravagé 8 411 arpents en 2017 comparé à 10 285 l'année précédente (2016).
520 cas pour les sept premiers mois de 2018 contre 2007 pour toute l'année 2017, il y aurait de quoi de réjouir. Pas sûr !

Selon les chiffres officiels du Mauritius Fire and Rescue Service, les mois où l'on a recensé le plus grand nombre d'incendies (tous les types) en 2017 étaient septembre (976), octobre (1 231), novembre (863) et décembre (1 020).
En 2016, c'étaient les mois de septembre (1 059), octobre (1 369) et novembre (1 093) qui occupaient les trois premières places. Puis, venaient août (751), juillet (698), décembre (636) et mai (620).

Concernant le feu de végétation (feu d'herbe et feu d'ordures), le nombre de cas recensés pour la période 1er janvier au 30 juillet s'élève à 1 290.

Pour toute l'année 2017, le chiffre était de 4 181. Une nouvelle fois, cela constitue une baisse de 14% par rapport à 2016 où 4 837 cas avaient été enregistrés. Précisons que les cas de feu d'herbe a connu une baisse de 24 % de 2016 à 2017 ( 2 256 cas contre 1 716) et ceux des déchets a baissé de 6 % pendant la même période ( 2 249 contre 2 110).

Durant l'année 2017, les pompiers ont été sollicités pour éteindre 6 940 incendies. Ils ont pris en moyenne 7 minutes pour arriver sur le lieu d'un sinistre. Le nombre de fausses alarmes s'élevait à 163. Quant au nombre de décès liés à un incendie, il s'élève à 5.

Source Officielle Mauritius Fire and Rescue Service.png
Source Officielle Mauritius Fire and Rescue Service.png

Rédigé par E. Moris le Jeudi 16 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.