Société

[Dossier] Air Mauritius continue de creuser des petits et des grands trous

Mercredi 31 Octobre 2018

Le mistral perdant du gouvernement se situe entre l'opacité souhaitée, la triche, le parrain, la mafia, un refuge pour les cancres. Des intouchables proche de la basse cour politicaille.


Le CEO de Air Mauritius Somas Appavou lors du vol inaugural du deuxième A350-990
Le CEO de Air Mauritius Somas Appavou lors du vol inaugural du deuxième A350-990
Alors qu'on apprend que le déficit d’un des deux fonds de pension d’Air Mauritius a atteint un seuil critique. Le trou de Rs 1,2 milliard concerne un fonds de retraite – Defined Benefits – qui couvre 900 employés, soit, la majorité du personnel et quelque 300 retraités d’Air Mauritius.

C'est le manque de communication au temps où le fonds a commencé à être déficitaire et que rien n’ait été fait qui causent une grande inquiétude. Qui plus est, il y a de forts risques que les employés concernés ne touchent pas les deux tiers de leur salaire à la retraite, pour 33 et un tiers années de service.

Retour sur cette Bérézina ! Si il continue de faire le zouave en jouant à l'hôtesse de l'air sur le vol inaugural du deuxième A350-990 le 26 novembre. Il lui faudra encore plus mouiller la chemise au p'tit Chef Executive Officer (CEO) Somas Appavou de chez MK. Ces pitreries commencent à chiffrer.

Quand les avions ne sont pas cloués au sol en raison de retard, d'annulation, de pannes...Les raisons expliquées sont les unes plus farfelues que les autres. Entre "raisons opérationnelles" et "contraintes opérationnelles", "présence de vers blanc" ou "problèmes techniques". Faites votre choix.  

Sauf que dans les milieux concernés, on affirme qu’il manque des pilotes. Et que bien qu’il n’y ait pas eu de mot d’ordre, ces derniers ont décidé de s’en tenir à leur emploi du temps fourni par la compagnie et de ne pas en faire plus.

La communication chez MK est toujours aussi foireuse face à la grève exceptionnelle et inédite dans les cinquante ans d'histoire de l'entreprise le 5 octobre 2017. Pour faire passer la pilule des douze pilotes d’Air Mauritius tombés malades en même temps ainsi qu’une vingtaine de son personnel naviguant devenus injoignables le même jour. On a préféré parler de "grève déguisée", "grève programmée" et  d'y mettre des guillemets.  
 "Nous n’accepterons jamais le chantage".  
Le nouveau Parrain avait parlé version mitraillette face à la presse tel un petit dur à cuire. Il s'en cogne du dialogue et du malaise social au sein de son entreprise. Il veut voler et voler le plus haut possible. "On fera de Maurice le Hub de la région d'Afrique Subsaharienne". Mais comme dans la mythologie grecque, les ailes d'Icare ont cramé après avoir volé trop près du Soleil.

Des suspensions de vol vers l'Asie notamment Bangkok ou la ville de Wuhan en Chine alors qu'ils ont été aidés pour faire virer Air Asia ! Du génie !

L'idée de mettre un commercial à la tête du Paille en queue avec un ego aussi démesuré dans ce refuge pour couillons, c'était déjà rajouter un nouveau délire à toute cette équipe de bras cassés installée en bande organisée en toute impunité. 

Des p'tits patrons qui font la loi en cumulant au compteur des casseroles qui font tout de même grand bruit. Ils ont réussit à éjecter Megh Pillay avec effet immédiat. Le seul qui souhaitait redresser la barre de ce grand machin Paille en queue. Du coup il nous reste que la queue. Et des petits nouveaux qui pensent être des cracks.   

Que faites-vous quand vous avez un manque de personnel ? On en vire un peu. Et oui. Il est à craindre que la passation du flambeau olympique de la connerie est bien arrivée entre les mains du nouveau CEO de MK. D'emblée il a appliqué la méthode Nord-Coréenne du petit Kim. On coupe les têtes et on en rigole. Pour finalement accepter des excuses des pilotes qui tardent à venir ou sous la contrainte. L'affaire étant entendu en cours de justice.  

Il faut dire que si l'ex commercial reconvertit en patron de la compagnie nationale savait vendre des avions, il sait aussi bien vendre des salades. Relayer dans la presse grâce à ses petits flics journalistes qui ont balancé le chiffre des salaires des pilotes tout à fait erroné histoire de faire diversion sur la véritable raison de cette grève déguisée et programmée. Ce fut loin d'apaiser les tensions.  

«Air Mauritius parmi les meilleures compagnies d’aviation au monde» a osé balancer Prem Sewpaul le responsable de communication. Il faisait peut-être référence à la joyeuse et fine équipe qui avance groupée. Encombrée d'affairistes notoires et dont les anciens y ont installé, la belle-fille, la belle-soeur, matante, nièces et neveux de tout bords sans oublier les maîtresses qui s'accrochent aux privilèges comme des colles aux dents loin des "sans-dent".  
 

[Dossier] Air Mauritius continue de creuser des petits et des grands trous
Mike Seetaramadoo, une bourrique dont le CV est approximatif mais assez gonflé dans tous les sens du terme. Il exerce sans se gêner avec le talent qu'on connait avec des convocations au comité disciplinaire. Chose que les pilotes grévistes et non grévistes ont signalé. Une ingérence à tous les niveaux à vous refiler un jetlagged sans même avoir pris l'avion. Aux dernières nouvelles, le 1er avril 2018, selon un communiqué publié en interne, Mike Seetaramadoo n’assurait plus l’intérim au poste d’Executive Vice-President Human Resources (EVP HR). Il a été remplacé par Vijay Seetul, EVP Finance.  Mike Seetaramadoo se concentrera sur ses fonctions d’EVP Commercial (Passenger and Cargo)...

Toujours dans cette liste, Prakash Maunthrooa qui siège toujours au conseil d’administration d’Air Mauritius alors qu’il fait l’objet d’un procès. Proche du MSM, il s'agit du conseiller de Pravind Jugnauth et ex-Campaign Manager de sir Anerood Jugnauth au no 7.
 

Visiblement, le conseil d'administration d'Air Mauritius attire toujours la convoitise des proches du pouvoir et des conseillers des ministres.

La crise chez MK est toujours d'actualité même si on tente de camoufler le tout par des pirouettes de communication. On a beau avoir de nouveaux joujoux flambants neufs comme ces A350-990 mais sans véritable commandant de bord pour gérer ce bidule. Fort à parier qu'il y aura beaucoup de turbulences à venir. 


Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Air-Mauritius-dans-le-rouge-au-premier-trimestre-Des-pertes-de-Rs-591-millions-enregistrees_a782.html

https://www.zinfos-moris.com/Air-Mauritius-Les-employes-pourront-prendre-des-conges-sans-solde-pour-une-periode-deux-ans_a1759.html

https://www.zinfos-moris.com/Dossier-Affaire-Boskalis-Une-saga-digne-de-Dallas-et-des-Feux-de-l-amour_a1585.html

Rédigé par La Mauricienne le Mercredi 31 Octobre 2018


1.Posté par Paul le 01/11/2018 21:50
Michel Audiard à écrit à juste titre : "Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît."
Mais je peux me tromper...

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.