Société

[Dossier] Affaire de l'intégriste Meetoo : Le caricaturiste POV a été interrogé aux Casernes centrales

Mercredi 26 Septembre 2018

Sa caricature parue à la page 2 de l’édition de l’Express du 9 juin 2018, montrant Javed Meetoo entacher le quadricolore mauricien avec les couleurs de l’État Islamique lui a valu un interrogatoire au Central Criminal Investigation Department (CCID) mardi 25 septembre 2018.

Cette caricature fait suite à l’interrogatoire under warning de Javed Meetoo, soupçonné d’être le meneur de la manifestation anti-LGBT du 2 juin, tenue à la Place d’Armes, à Port-Louis.

POV, de son vrai nom, William Rasoanaivo, est accusé d’avoir commis une offense en vertu de l’article 5 de The National Flag Act, qui stipule ceci :

"No person shall by any means or in any manner bring into hatred, ridicule, desecration or dishonour, the national flag."

POV a fait valoir son droit au silence. Philippe Forget, le Directeur des publications de La Sentinelle, sera à son tour, interrogé par le CCID mardi prochain.

Rappelons, que la police avait reçu l’instruction d’identifier les meneurs des manifestants homophobes qui se sont massés sur la place d’Armes. Des arrestations étaient à prévoir. 

Les ambassades auraient fait savoir qu’il ne faudrait pas que les autorités mauriciennes prennent ce rassemblement à la légère. 

Plusieurs titres de presse internationaux ont relaté l’annulation de la Marche des Fiertés à Maurice après que des opposants se sont illégalement massés à la Place d’Armes pour entraver cette manifestation. Ce qui a écorné grandement la réputation et l’image de l’île. 

Les internautes à travers le monde ont été nombreux à apporter leur soutien au CAEC à travers leurs commentaires sur les réseaux sociaux.

Javed Meetoo, prédicateur radical bien connu des autorités et de la cellule anti-terrorisme, avait violemment perturbé le cortège. Il avait affiché un symbole de l’Etat islamique sur son bonnet. Il avait été interpellé dans les jours qui ont suivi la manifestation, puis libéré grâce à son avocat Raouf Gulbul. 
 
Raouf Gulbul avocat d'hommes politiques connus, notamment du Premier ministre et de l'ancien Vice-Premier ministre Showkutally Soodhun  

A ce jour, où en est l'enquête ? En apparence au point mort. 

L'inspecteur Shiva Coothen avait portant annoncé que des arrestations allaient avoir lieu. 

Elles sont toutes liées à des infractions à l’article 138 du Code pénal interdisant les rassemblements illégaux. 

Il a à sa disposition les articles de la Prevention of Terrorism Act (PoTA) qui a été modifiée pour décourager les Mauriciens radicalisés. Suite au cas Yogen Sundrun, l’un des premiers Mauriciens à avoir fait l’apologie du terrorisme sur YouTube et à l'enquête de la cellule anti-terroriste au Prime minister’s Office (PMO) sur les pérégrinations supposées de Reaz Lauthan auprès de l’État islamique en 2013, la décision a été prise de renforcer davantage la Prevention of Terrorism Act (PoTA) de 2002. 

La loi antiterroriste a été amendé comme suit : L’article 3 de la PoTA a été modifié afin de poursuivre toute personne consentant, collaborant ou participant à un acte terroriste. Il inclut également toute personne menaçant de commettre un tel acte ou qui en fait la promotion, voire encourage des tiers à se lancer dans de telles activités. 

Un ajout à l’article 4 pour que la PoTA peut être utilisé contre toute personne ayant reçu une formation, quelle que soit sa nature, au sein d’une organisation proscrite à Maurice comme à l’étranger. 

L’article 5 avec un alinéa sur le "terrorist training" "Toute personne qui a connaissance d'un lieu situé à l'intérieur ou à l'extérieur de l'île Maurice destiné à recevoir des instructions ou une formation en relation avec des actes de terrorisme commet une infraction"

L'article 6 condamne les habits qui pourraient suggérer une appartenance à une organisation proscrite ou l’utilisation de banderoles ou de drapeaux pouvant laisser penser qu’une personne sympathise ou épouse les préceptes de celle-ci. La police aura les pleins pouvoirs pour interpeller cette personne sans avoir un mandat au préalable. 

Comme on le voit, les policiers auraient parfaitement pu utiliser cet article 6 pour poursuivre Javed Meetoo puisque, sur les photos de la contre-manifestation des intégristes, on voit parfaitement des pancartes "pouvant laisser penser qu’une personne sympathise ou épouse les préceptes" d'un mouvement proscrit. Ce qui est le cas de Daesh. D'autant que par le passé, les sympathisants de Meetoo n'avaient pas hésité à brandir le drapeau de Daesh dans leurs manifestations, sans que là aussi la police n'intervienne. 

 

Vidéo juin 2018
Vidéo juin 2018
Zinfos Moris se trouve en possession d'une vidéo massivement diffusée sur les réseaux sociaux et différents forums avant la marche des Fiertés organisée le 2 juin. 

On y voit trois jeunes lancer un appel aux mauriciens dans un clip diffusé en créole et contre la communauté LBGT décrite selon eux comme des "malangues""malpropres". 

Zinfos Moris se trouve en possession d'une vidéo ou Javed Meetoo continue dans la provocation en affichant le drapeau d'une organisation terroriste dont il confirme en faire partie !

Lire également :

Dossier Exclusif de Zinfos Moris
https://www.zinfos-moris.com/Dossier-EXCLUSIF-Les-radicaux-islamiques-a-Maurice_a54.html

https://www.zinfos-moris.com/Exclusif-La-video-des-integristes-qui-ont-appele-a-manifester-illegalement-le-2-juin-2018_a100.html

https://www.zinfos-moris.com/Javed-Meetoo-continue-dans-la-provocation_a123.html

https://www.zinfos-moris.com/Zinfos-Moris-a-retrouve-Javed-Meetoo_a121.html

[Dossier] Affaire de l'intégriste Meetoo : Le caricaturiste POV a été interrogé aux Casernes centrales

[Dossier] Affaire de l'intégriste Meetoo : Le caricaturiste POV a été interrogé aux Casernes centrales

Rédigé par E. Moris le Mercredi 26 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.