International

Disparition du vol MH370 : un rapport publié le 30 juillet

Samedi 21 Juillet 2018

C’est l’un des plus grands mystères aéronautiques. Le 8 mars 2014, un Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparaissait avec 239 personnes à bord.


Les autorités malaisiennes par l'intermédiaire du ministre malaisien des Transports, Anthony Loke, ont annoncé vendredi qu'elles allaient rendre public, le 30 juillet prochain, un rapport sur la disparition du vol MH370.

Un rapport attendu de longue date sur la disparition en 2014 du vol MH370 de la compagnie Malaysia Airlines.

Le 8 mars 2014, le Boeing 777 200ER de la Malaysia Airlines assurant le vol MH 370 Kuala Lumpur - Pékin disparaissait peu après son décollage.

Quatre ans après, on ne sait toujours pas ce qui est arrivé aux 227 passagers et aux 12 membres d'équipage du vol MH370. 

« Chaque mot enregistré par les enquêteurs sera consigné dans le rapport », a dit le ministre malaisien aux journalistes. Le rapport sera mis en ligne. « L'ensemble de la communauté internationale aura accès au rapport », a dit Anthony Loke.

Les recherches qui ont couvert 112 000 km² dans le sud de l'océan Indien pendant trois mois ont pris fin en mai, sans résultats probants. La Malaisie avait mis fin à des recherches sous-marines, à financements privés, de l'épave de l'appareil. 

Ocean Infinity, une entreprise privée qui dans la foulée avait repris le flambeau a prospecté en vain 112 000 km2 plus au nord.

La société américaine avait conclu un accord avec les autorités malaisiennes.

Si l'épave était découverte dans les 90 jours, elle empocherait jusqu'à 70 millions de dollars.

Ocean Infinity a à son tour jeté le gant en mai dernier.

À ce jour, seuls un flaperon découvert sur la plage de Bois-Rouge à Saint-André en juillet 2015 et des débris retrouvés à Maurice, en Afrique du Sud, au Mozambique et en Tanzanie, ont été formellement rattachés à la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines


 

Rédigé par E. Moris le Samedi 21 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.