Menu



Société

Développement dans l’affaire Hurreeram-légumes-intervention


Rédigé par E. Moris le Mardi 21 Avril 2020



Le gag de la semaine. Le CCID enquête de manière approfondie sur les allégations d’ingérence du ministre Bobby Hurreeram.

La belle affaire ! Qui prend les paris que l’affaire finira sans suite ?

Ce qui est sûr, c’est que le sergent au départ de l’affaire pourrait finir par avoir des ennuis sur le plan administratifs. Il pourrait même finir à Agalega pour un petit séjour ! À la limite, le chef inspecteur qui a, involontairement, transformé une petite affaire en drame politique pourrait se faire taper sur les doigts.

Mais on voit mal un élu du gouvernement, membre du Conseil des ministres être inquiété pour ingérence. D’ailleurs à chaque fois qu’un élu du pouvoir s’est retrouvé dans une affaire d’ingérence, il y a toujours eu de happy end. Sauf pour les policiers impliqués !

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’histoire, c’est simple comme bonjour. Un flic fait son boulot. Dans ce cas, il saisit les légumes d’un marchand qui vendait sans permis. Son supérieur lui demande de restituer la marchandise saisie après, supposément, l’intervention d’un élu. Sauf que cette fois, le sergent s’est confié à Facebook sans citer des noms.

Si le post du sergent Dhanraj Kumar Oolun ciblait davantage l’élu, pourquoi le chef inspecteur Seeneevassen s’est senti visé ? Pourquoi une plainte contre le sergent qu’il accuse de porter préjudice à un ministre ? Où est son problème si quelqu’un porte préjudice à un ministre, alors qu’il n’est pas responsable de la sécurité ou de l’intégrité du ministre en question ?

C’est ce qu’il devra expliquer au CCID. Il y a été convoqué ce mardi, après que le sergent ait déjà été appelé à donner sa version. En tout cas, pour l’instant, c’est la guerre des policiers… Le marchand ambulant qui vend des fruits et légumes a aussi été entendu. Les téléphones de tous ceux impliqués ont été examinés pour déterminer qui a appelé qui et qui aurait donné des instructions à qui ! Ce qui est intéressant c’est de savoir quelle trouvaille sera utilisée pour le fin mot de l’affaire.

Mardi 21 Avril 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.