Menu



Société

Deuxième jour de suspension de la radio Top Fm par l'IBA


Rédigé par E. Moris le Jeudi 17 Décembre 2020



La licence de Top Fm est suspendue trois jours par l'IBA, l'équipe radiophonique comprenant animateurs et journalistes entame leur deuxième jour de "punition" injustifiée par l'IBA.

La (supposée) Independent Broadcasting Authority reproche la diffusion de certains propos de Jack Bizlall dans l’émission Tempo la So du 24 février dernier.

Quels sont les propos que reproche l’IBA non pas à Jack Bizlall, qui n’a pas sa langue dans sa poche, mais à Top FM ?

L’ancien syndicaliste, observateur très averti de la société mauricienne, ne s’en est pas pris à Pravind Jugnauth… ni à Kobita Jugnauth… encore moins à sir Anerood Jugnauth, une de ses cibles préférées. Non, ce que la (supposée) IBA reproche à la radio, ce sont des propos concernant Modi et sa politique anti-musulmane. Jack Bizlall a déclaré que les Modi voudrait les imposer à Maurice. D’ailleurs, à l’express, Jack Bizlall a vivement réagi. « Pourquoi ce n’est pas moi que l’on sanctionne ? J’ai l’habitude de dire ce que pense des divers chefs d’État », a-t-il déclaré.

Une  "censure" qui passe mal tant la sanction est lourde. Par tous les moyens le régime au pouvoir tente de limiter la liberté d’expression, un des piliers des sociétés démocratiques. La diffusion des propos de Jack Bizall sur les ondes de la radio Top Fm, est uniquement son expression et sa réaction au regard de l'actualité. En quoi, la radio est-elle responsable s'interroge les internautes ? 

Qui se cache derrière l'IBA ?

C'est ainsi que pour montrer leur soutien à Top Fm, les internautes ont affiché le logo de la radio sur les réseaux sociaux. La Rédaction de Zinfos Moris renouvelle son soutien et sa solidarité à Top Fm.

Jeudi 17 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.