Faits Divers

Deux soldats de la SMF traduits devant la justice pour agression sur policiers

Lundi 1 Octobre 2018

Illustration: Stage de formation SMF
Illustration: Stage de formation SMF
Une intervention de la police, dimanche à Beaux-Songes, a tourné au vinaigre. Un certain Patrice Chicoree, deux officiers de la SMF, les soldats Ramiah et Rajah, ainsi qu’une dizaine d’autres personnes, armées de sabres, barres de fer et couteaux étaient impliqués dans une rixe.  

Mandés sur les lieux, les policiers ont eu fort à faire car les personnes impliquées ne se sont pas laissé faire. Elles ont résisté aux policiers. Et la situation a dégénéré… 

À un moment, la police a même dû faire usage d’armes à feu pour ramener l’ordre. Un policier a été forcé de tirer sur Patrice Chicoré qui tentait de poignarder un de ses collègues.  

La police a procédé à plusieurs arrestations, dont celles de Patrice Chicoree et des deux éléments de la SMF. Les trois ont été traduits devant le tribunal de Bambous ce lundi sous une charge de rébellion. La police ayant objecté à leur remise en liberté sous caution, ils ont été reconduits en cellule.  

Patrick Chicoree devra comparaître de nouveau le 11 octobre alors que la date de comparution des deux soldats de la SMF est le 8 octobre.  

Selon certaines personnes qui ont assisté à la rixe de dimanche, les protagonistes étaient sous l’influence de l’alcool au moment des faits. Anoup Goodary, l’avocat de Patrice Chicoree, demande au commissaire de police d’ouvrir une enquête pour expliquer les blessures sur son client après son arrestation.

Rédigé par E. Moris le Lundi 1 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.