Menu



Justice

Détournement de fonds allégué: Raj Gaya, l'ancien président de l'association mauricienne de badminton arrêté


Rédigé par E. Moris le Vendredi 17 Janvier 2020

La Fédération Mondiale Badminton (BWF) a interdit, Raj Gaya,membre du conseil, de toute fonction au sein des instances mondiales et locales du badminton et lui a infligé une amende de 50 000 dollars pour détournement de fonds.



L'ancien président de l'Association mauricienne de Badminton a été inculpé devant le tribunal de Rose Hill ce matin.

L’ancien dirigeant de l’association mauricienne de badminton, Raja Gaya a été arrêté par des officiers de l’Independent Commission Against Corruption (Icac), dans le cadre d’une enquête pour détournement de fonds allégué. Cet argent provenant de la Fédération mondiale de badminton était destiné à la confédération africaine de badminton et à l’association mauricienne de badminton.

Notons que ce n'est pas la première fois que Raj Gaya a des soucis avec la police.

Raj Gaya occupait depuis 1999 différentes fonctions au sein de la Fédération mondiale de badminton, de la Confédération africaine de badminton (CAB) et de la Mauritius Badminton Association (MBA). 

Le comité d’audience sur l’éthique de la BWF a ouvert une enquête sur ce responsable après un rapport accablant de corruption à son encontre. L’ancien président de l’AMB, Bashir Mungroo, avait également fait «plusieurs allégations» de corruption contre lui. 

L'enquête avait révélé que Raj Gaya avait utilisé des fonds destinés au MBA sur son compte bancaire personnel et avait falsifié des demandes de remboursement, ainsi que des documents officiels tout en refusant de coopérer à l’enquête.  

La commission de trois membres présidée par Sylvia Schenk, avait déclaré qu’elle interdirait à Gaya « d’exercer toute fonction de badminton à vie » et lui a ordonné de payer une amende de 50 000 dollars, une décision confirmée par la Badminton World Federation (BWF).  

Vendredi 17 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.