Menu



Société

Des membres du Collectif Arc-En-Ciel agressés en portant secours à des victimes


Rédigé par E. Moris le Jeudi 18 Avril 2019



Une histoire peu banale que la Rédaction de Zinfos Moris a reçu via un communiqué de Aschwin Ramenah, président du Collectif Arc-en-Ciel.

Selon ce communiqué, deux femmes ont fait appel au Collectif Arc-en-Ciel, à la suite des menaces de leurs proches en raison de leur homosexualité. Ces deux jeunes femmes disent avoir subi des sévices physiques et psychologiques. 

La police a également été alertée afin d’assurer leur sécurité, mais de retour chez elles, les deux victimes allèguent avoir été violentées par des membres de leurs familles sans que la police n'intervienne.

Depuis l’incident, Aschwin Ramenah, président du Collectif Arc-en-Ciel, affirme que deux membres du Collectif ont été également victimes d’agression en portant secours à ces deux jeunes femmes. 

Ils ont été pris à partie par les proches des deux femmes et «ont aussi été violemment agressés et insultées par ces personnes (proches de deux jeunes femmes) en présence même de la police». 

«Ils se sont aussi acharnés sur une des femmes et l’ont violemment battue. L’une des membres du CAEC a même eu une côte fêlée. Des policiers présents sur les lieux ne sont pas intervenus pour protéger les deux femmes ainsi que les bénévoles du CAEC. Et ce, même lorsqu’ils ont été interpellés par les membres du CAEC », peut-on lire dans le communiqué.  

Les membres du Collectif ont décidé de porter plainte auprès de la National Human Rights commission et de l’Independent Police Complaints Commission et une déposition a été faite contre les agresseurs présumés au CCID, le mercredi 17 avril.

Le CAEC demande aux autorités concernées de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer que ces deux femmes soient saines et sauves.
 

Jeudi 18 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.