Politique

Des déjeuners organisés à la State House où l’ex-CEO officier de la FSC et Maurio Fernandes étaient présents

Jeudi 17 Janvier 2019

Trois déjeuners, auxquels participait l’ancien CEO de la Financial Services Commission, ont été organisés à la State House. C’est ce qu’a confirmé Dass Appadu, ancien secrétaire à la Présidence, devant la commission d’enquête présidée par le juge Asraf Caunhye. 

Dass Appadu a aussi indiqué que Mauricio Fernandes était présent à ces déjeuners. Ce qui a poussé le juge à lui demander si la question du permis d’Investment Banking a été soulevée. À quoi Dass Appadu a répondu oui. À plusieurs reprises, a-t-il ajouté, Mauricio Fernandes a évoqué ce sujet. Il souhaitait savoir où en étaient les choses concernant la demande faite par le clan Sobrinho. 

Dass Appadu a indiqué qu’il n’a pas pris part aux discussions. Au juge Caunhye qui demandait pourquoi l’ancien CEO de la FSC participait à ces déjeuners, Dass Appadu a répondu que c’est un privilège que d’être invité à déjeuner par le chef de l’État. 

Dass Appadu a aussi souligné que certaines correspondances des lieutenants de Sobrinho lui étaient adressées directement.

L’actuel secrétaire permanent au ministère de la Fonction publique a aussi précisé qu’Ameenah Gurib-Fakim n’avait pas apprécié que certaines remarques venant du bureau du Premier ministre concernant le nombre de demandes d’accès au VIP Lounge pour le clan Sobrinho. 

La prochaine audience est prévue le 6 février.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 17 Janvier 2019


1.Posté par No nonsense le 17/01/2019 17:28 (depuis mobile)
Mr Appadu is also abusing another non governmental organisation namely the Chartered Institute of logistics and Transport Mauritius and is clinging to stay as its Chairperson despite committing several irregularities. It is high the media enquire in

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.