Menu



Société

Des Mauriciens entament une grève de la faim en Inde, à Miami 300 autres attendent des centres de quarantaine disponibles


Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Avril 2020



L'Inde ayant décidé d'imposer un total lockdown jusqu'au  4 mai, de ce fait, aucun avion international et commercial ne pourra atterrir ou décoller de l’Inde. Donc, aucun Mauricien en Inde ne pourra voyager avant.

L'annonce d'une suspension des vols commerciales jusqu’au 15 ma  n'a fait qu'aggraver la détresse des Mauriciens bloqués en Inde depuis le 11 mars dernier.

Face à l'indifférence des autorités, six Mauriciens ont entamé une grève de la faim à partir de ce mercredi 15 avril dans l’hôtel où ils sont logés. Ils sont sans nourritures et sans revenus et sont environ 400 Mauriciens dans la même situation à attendre pour rentrer au pays. Qui plus est, le Haut-Commissariat de Maurice en Inde est fermé en raison du confinement sanitaire.

300 Mauriciens bloqués en Inde : Hanoomanjee affirme ne pas avoir de moyens de les soutenir financièrement.

Un des six grévistes est un Senior Court Officer à Maurice, il lance un appel au gouvernement pour que le nécessaire soit fait afin qu’il puisse rentrer au pays. Le Chef juge, Eddy Balancy, et l’acting Deputy Master and Registrar, Niroshini Ramsoondar, ont été mis au courant de la décision d’entamer une grève de la faim.

A Miami plus de 300 Mauriciens sont toujours bloqués sur des bateaux de croisière.

La société de croisière qui les emploie aurait pris en charge les frais de retour, sauf que le feu vert se fait attendre à Maurice pour accueillir tout ce beau monde dans les centres de quarantaine. Surtout que les hôtels convertis en centre de quarantaine ont été délivrés de leurs occupants. Il ne reste plus que trois centre de quarantaine à travers l'île selon le Dr Joomaye.
 

Mercredi 15 Avril 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.