Economie

Derrière Future Textile, le troublant Ram Mardemootoo

Mercredi 27 Février 2019

Photo Facebook.
Photo Facebook.
Ram Mardemootoo sera éternellement associé au fameux Additional Stimulus Package de Rama Sithanen où l’argent des contribuables lui a été généreusement offert, ou plutôt à sa compagnie, afin de lui permettre de se maintenir à flot.

Résultat : quelques mois plus tard après avoir reçu les Rs 30 millions, l’entreprise ferme ses portes et laisse des centaines de personnes sur le pavé. Petite précision utile : en 2009, Ram Mardemootoo était alors député de la majorité gouvernementale. 

Cela explique que les syndicalistes sont méfiants lorsque Ram Mardemootoo, le directeur de Future Textile, affirme que cette usine ne fermera pas ses portes. Il avait dit la même chose à l’époque.

L’assurance que Future Textile ne va pas mettre la clé sous le paillasson, Ram Mardemootoo l’a donnée aux inspecteurs du ministère du Travail hier au siège de l’usine. 

Apparemment, a-t-il expliqué, l’entreprise souffre d’un déficit de liquidités résultant d’un souci d’ordre administratif avec la banque. Mais il obtiendra l’argent pour régler les salaires et autres frais. C’est vendredi que les employés seront payés. Cependant, l’usine est fermée ce mercredi et ce jeudi.

Précisons que 280 employés sont concernés. Certains soutiennent qu’ils n’ont pas été payés pour janvier et d’autres qu’ils n’ont pas reçu de bonus de fin d’année. 

Future Textile Ltd a ouvert ses portes en 2012. Ram Mardemootoo est le directeur même s’il ne possède que 2 des 220 actions de la compagnie.

Logissen Mardemootoo en possède les 218 autres. Elle se spécialise dans la fabrication de vêtements haut de gamme destinés à l’exportation. Mais entretemps, Ram Mardemootoo a eu le temps d’aller lorgner du côté de Madagascar. 

Le drame, c’est qu’à Maurice, on a un sentiment de déjà-vu !

Rédigé par E. Moris le Mercredi 27 Février 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.