Menu

Société

Démission d'Ameenah Gurib-Fakim : La main de Ken Arian derrière une lettre anonyme selon un graphologue


Rédigé par E. Moris le Vendredi 12 Août 2022



Démission d'Ameenah Gurib-Fakim : La main de Ken Arian derrière une lettre anonyme selon un graphologue
Il y a à peine un mois, soit le 24 juillet 2022, l’ancienne présidente de la République s’était épanchée sur sa page Facebook, en revenant sur les propos de Bobby Hurreram : "nou pas pou demissionner akoz ene simple boute papier". Et c'est non sans rire qu'elle a déclaré "At least you have seen the "bout papier".. I was forced to resign on a piece of paper I never saw.. only your Prime Minister knows of it.. now I am very interested to know who wrote it...Gerard Sanspeur recently mentioned 3 persons... hmmm...The plot thickens."

Portrait de Ken Arian, l'homme de main de Lakwisin

C'est basé sur une lettre de dénonciation contenant des allégations contre Ameena Gurib-Fakim que celle-ci avait démissionné le 17 mars. Par ailleurs, Pravind Jugnauth avait le 23 mars 2018, référé cette lettre "anonyme" datée du 20 mars auprès de l'Icac. Ce vendredi, selon la presse, Ken Arian, ancien super conseiller au Bureau du Premier ministre, propulsé à la tête d’Airports Holdings Ltd ( fusion entre Air Mauritius, Airports of Mauritius Ltd, Airport Terminal Operations Ltd et Mauritius Duty Free Paradise), comme Chief Executive Officer, est soupçonné, selon l’avis d’un expert-graphologue réunionnais, Patrice Balletti, d'être l'auteur de la lettre anonyme à laquelle Pravind Jugnauth a accordé tant d’importance à l'époque.





 

Vendredi 12 Août 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.