Politique

Demande de révision judiciaire : Me Yousuf Mohamed à la rescousse de Roubina Jadoo-Jaunbocus

Lundi 30 Juillet 2018

On se doutait que la réplique ne saurait tarder tant l'émotivité de Roubina Jadoo-Jaunbocus étant grande après avoir été épinglée par la commission d'enquête sur la drogue. A peine remise d'une démission légitime au sein du gouvernement, là voilà voulant sauver son honneur et sa réputation comme l'avait promis son époux au plus fort de la tempête.


Demande de révision judiciaire : Me Yousuf Mohamed à la rescousse de Roubina Jadoo-Jaunbocus
L’ex-ministre de l’Égalité des genres, Roubina Jadoo-Jaunbocus, a retenu les services de Mes Yousuf Mohamed et Ravind Chetty.
« Nous allons demander que l’affaire soit entendue dans les plus brefs délais »
Selon Me Yousuf Mohamed, l’affaire pourrait être entendue et un jugement prononcé dans un délai de six mois. Cette décision dépendra de la Cour suprême.

Me Youssouf Mohamed contestera l’allégation faite par rapport à un transfert de Rs 50 000 entre deux trafiquants de drogue emprisonnés avec l’avocate comme intermédiaire. 

Il estime que tous les avocats interrogés par la commission n’ont pas été traités de manière égale et va ainsi dans le sens de la défense de sa cliente qui lors de sa conférence de presse tenue samedi avait évoqué le cas de son confrère et collègue Trilochurn.

Il relève d’ailleurs que par rapport aux unsolicited visits en prison, un avocat n’a eu droit à aucun reproche de la part de la commission alors que sa cliente n’en a pas été exemptée.

Il oublie de préciser que les visites et autres contacts avec des prisonniers effectués en dehors des procédures appropriées constituent en eux-mêmes des délits et que sa cliente ne peut être exemptée.

Que reproche le rapport sur Roubina Jadoo Jaunbocus :

Ce sont ses fréquentes visites aux trafiquants (17 en 3 heures le 30 janvier 2009 et 15 autres visites à d’autres dates) qui ont interpellé les enquêteurs et suscite des interrogations.

Après son interrogatoire à la commission, ils ont découvert que l’ex-ministre a reçu une somme de Rs 50 000 de Maria Cupidon, une trafiquante condamnée. Et cet argent a été remis à un autre trafiquant, un dénommé  Kamasho.

« The Commission Investigation Team got information very late after the passage of counsel before the commission which showed that she allegedly received, on 29th April 2008, the sum of Rs 50 000 from a Mrs Maria Cupidon (arrested for importation of heroin). » 

Ce qui a fait dire à Paul Lam Shang Leen que l’ex Ministre aurait agi comme intermédiaire entre trafiquants,  et pourquoi pas, complice.

Questionnée à propos d’une conversation téléphonique avec Bibi Ameenah Noordally, qui n’est autre que la  belle-mère de Peroumal  Veeren (baron de la drogue), l’ex ministre répondra qu’elle ne la connaissait pas,  mais l’avait juste rencontrée à son bureau. Manque de pot, à cette date, Madame Noordally était en prison.

Le numéro de téléphone de l’ancienne ministre de l’Egalité des genres, Roubina Jadoo-Jaunbocus a été également répertorié sur plusieurs cartes Sim  retrouvées dans les prisons.

La commission affirme également que plusieurs des prisonniers rencontrés n'étaient même pas ses clients. Pour anecdote, un de ces prisonniers avait refusé de la rencontrer.

Ces éléments viennent contredire la députée, qui avait affirmé, lors de sa convocation, qu’elle ne défendait pas des trafiquants.

Les arguments avancés par Roubina Jadoo-Jaunbocus n’ont pas convaincu la commission. C’est dans cette optique qu’une enquête en profondeur est réclamée afin de faire la lumière sur toute cette affaire.

Rédigé par E. Moris le Lundi 30 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.