Edito de Moris

Décharge sauvage : un compteur de la honte !

Lundi 3 Décembre 2018

Alors que les mauriciens ont de moins en mois d'espace verts ou de plages publiques, les déchets entassés sur des terrains vagues, le long des routes, en lisière des centres villes, dans nos rivières, sur la plage sont devenues un vrai fléau qui touchent toute l'île. 

C'est un scandale sanitaire et écologique sans précédent qui se déroule sous nos yeux chaque jour. La situation de ces décharges non contrôlées semble laisser indifférents bon nombre de riverains impuissants. Ce qui s’y passe relève de la responsabilité de tous, y compris des autorités municipales. 

Une première interrogation se pose, qui sont ceux qui jettent sauvagement ? Indéniablement tous les mauriciens sont concernés. 

Mais lorsque les déchets professionnels sont jetés illégalement sur des sites comme à Bel Ombre, mis en lumière dans un de nos articles en vidéo ce week-end, il en va de la responsabilité des autorités pour prendre des mesures sévères et punitives envers ces "professionnels".

N'est-il pas plus que temps que le ministre de l'Environnement aille sur le terrain, loin des salons feutrés et climatisés et  organise avec les services compétents un recensement de ces lieux pour réagir et agir ?

Vu le nombre de site géolocalisé par les internautes qui se font un devoir de dénoncer, c'est un échec monumental et un désaveu pour le ministère concerné. Le bilan fait état d'une incompétence à gérer des situations d'urgence.
'Si la responsabilité citoyenne est une chose, que font nos élus, les municipalités et les pouvoirs publics ?' 
Câbles, cartons, plastiques, pneus et autres déchets en tout genre jonchent notre île avec les conséquences dramatiques qu'on connait lors de la saison des grosses pluies engendrant des drains bouchés et des inondations. 

Les opérations de nettoyage, quand elles ne sont pas bénévoles coûtent très chers à l'Etat, mais en évitant que les décharges sauvages ne reviennent une fois le site nettoyé, on ne fait que déporter le problème. Il faut des sanctions et des actions concrètes. 

Quel serait la solution à envisager, une écotaxe généralisée, puisque chacun semble faire fait fi des amendes ou sanctions ? Une taxe auprès des professionnels, produits et matériaux spécifiques ainsi que sur les chantiers et autres travaux du BTP ? 

Les touristes de passage sur l'île se disent affliger par la pollution visuelle qui ne cesse de dégrader les nombreux paysages, urbains ou naturels, de l'île. Pourquoi feront-ils 12 heures de vol à partir de Paris pour une destination qui ne fait plus rêver ? 

Les citoyens éco responsables et très engagés qui consacrent leurs week-ends en famille pour nettoyer la cochonnerie des autres, est-ce une solution viable sur l'immensité du désastre écologique qui nous guette ? 

A l'approche des fêtes de fin d'année où tous les mauriciens vont converger vers nos plages pour pique-niquer, faire du camping et célébrer la nouvelle année, à coups de bouteilles, de pétards et autres joyeusetés. Un plan d'action d'urgence est nécessaire pour que les sites soient sécurisés mais aussi nettoyés avant, pendant et après les événements. Le constat serait amer s'il viendrait à manquer des poubelles sur les plages ! 

 

Rédigé par E. Moris le Lundi 3 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.