Menu

Faits Divers

Décès d’un enfant de trois ans au Club Med… les questions qui se posent


Rédigé par E. Moris le Mercredi 22 Février 2023



Beaucoup de questions et, pour l’instant, pas de réponse. Comment un petit de 3 ans a-t-il pu trouver la mort dans une piscine du Club Med à Pointe-aux-Canonniers ? Il va sans dire que la direction de l’établissement hôtelier voudra régler l’affaire dans la discrétion.

Heureusement que les parents n’ont jusqu’ici pas fait d’esclandre… ni de campagne anti-Maurice ou anti-Club Med. Rappelons que le petit Français de 3 et sa famille séjournaient à l’hôtel. Cependant, un drame est survenu le lundi 13 février dernier. L’enfant s’est retrouvé en difficulté et, l’enquête l’a confirmé, le maître-nageur qui avait la responsabilité de la piscine est intervenu avec un temps de retard. Ce dernier est actuellement en liberté sous caution.

Sa responsabilité est évidemment engagée. Car il avait le dos tourné à la piscine au moment des faits. Ce qui constitue une négligence. C’est ce qui explique que le maître-nageur n’a pas vu que l’enfant était en difficulté. Lorsqu’il a réalisé ce qui se passait, il a plongé. Mais il était déjà trop tard. Mais comment est-ce que le Club Med peut confier une piscine à un jeune homme de 18 ans, même si ce dernier est bardé de diplômes ? 18 ans. Le type peut avoir le corps d’Arnold ou de Sylvester… N’empêche qu’à 18 ans, peut-on se voir confier la vie des gens ?

De plus, le maître-nageur n’était pas employé directement par le Club Med. Il travaillait pour une compagnie dont les services avaient été retenus par l’établissement. Rappelons qu’un panneau non loin de la piscine précise que les parents doivent garder un œil sur leurs enfants… même en présence du maître-nageur. Rappelons qu’après avoir été sorti de l’eau, l’enfant a été emmené à l’hôpital SSRN puis transféré dans une clinique à Port Louis. Il a ensuite été évacué vers l’île de la Réunion. C’est là qu’il est décédé.

Mercredi 22 Février 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H