Menu


Société

Das Mootanah, CEO du Metro Express : « Nous espérons imprimer les tickets au plus vite »


Rédigé par E. Moris le Jeudi 19 Décembre 2019



 Victime de son succès ou du fait que les tickets du Metro express ne seront gratuits que sur une durée de quinze jours au lieu d'un mois, hier, mercredi 18 décembre, à la municipalité de Port-Louis, la distribution de tickets de métro pour les trajets du dimanche 22 décembre ont été épuisés. 

Pour expliquer ce cafouillage, interrogé concernant ce retard de livraison, le CEO, Das Mootanah soutient qu’il y a eu un problème technique avec les imprimantes. « Ce problème sera réglé au plus vite et d’ici demain nous esperons imprimer les tickets pour le 24, 25 et 26 décembre ».

A noter qu'à ce jour, 45 000 tickets gratuits d’accès du métro express ont été distribués le mercredi 18 décembre, les premiers passagers du Metro Express pourront voyager dimanche et lundi prochain.

En revanche les passagers qui avaient choisis d’autres date pour voyager n’ont pu obtenir des tickets. Une situation que n’avait pas prévu la direction de Metro Express Ltd.

Alan Ganoo : « MEL a pris toutes les dispositions pour la distribution de tickets »
Venu défendre un projet auquel il n'était pas franchement pour au départ, le tout ministre des Transports , Alan Ganoo rassure que les autorités veillent au grain et que la distribution des tickets du Metro Express se fait de manière juste. Selon ses dires le Métro fait face à l'effervescence, l'enthousiasme et l'engouement des mauriciens qui ont fait la queue.

432 000 tickets gratuits sont disponibles durant les deux semaines de gratuité.

A noter que la distribution des tickets gratuits a débuté mercredi matin dans les cinq municipalités et sept conseils de districts du pays. 

Chaque personne a droit à deux tickets gratuits. le public pourra voyager gratuitement de 7 à 19 heures sur la ligne Rose-Hill/Port-Louis à partir du 23 décembre et ce jusqu'au 5 janvier 2020. 

 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.