Politique

Dans le déni, Pravind Jugnauth plaide de nouveau pour que «les perdants acceptent le verdict de la population »

Samedi 15 Février 2020

Lors du lancement de la campagne Ansam avek CSU au Citizen Advise Bureau à St-Pierre, qui s’inscrit dans la perspective d’une campagne de sensibilisation, c'est un Pravind Jugnauth toujours très remonté qui a pris la parole.


Des semaines après, les élections générales, Pravind Jugnauth ne digère toujours pas sa victoire qui lui a laissé un arrière-goût. Dans un nouveau plaidoyer, il a demandé à ses adversaires, «les perdants» d’accepter le choix de la population. 

Souvenez-Vous, invité, après la lecture du discours-programme à commenter le boycott de l’opposition , Pravind Jugnauth ne s’était pas fait prier pour sortir l’artillerie lourde : « C’est une comédie, mais qui ne fait pas rire », a-t-il déclaré. Il a déclaré que les partis de l’opposition ont boudé l’événement en invoquant l’illégitimité alléguée du gouvernement.

C'est donc un chef du gouvernement très contesté par la population et les membres de l'opposition qui se sent de nouveau obliger de quémander un soutien qu'il n'a pas :

«Les élections sont finies, j’aurais souhaité que les perdants acceptent le verdict de la population. Ils ont encore du temps et ils peuvent se ressaisir. J’espère qu’ils pourront réfléchir et ‘ki zot lespri pa pe ize' ».

Un mois de congé de paternité.

Selon Pravind Jugnauth si la femme est un pilier de la société, «Il faut que les deux parents soient un pilier» soutient le Premier ministre.

Conséquences du coronavirus (Covid-19).

Le chef du gouvernement a rappelé que le commerce et les investissements seront affectés, d’autant plus que décision a été prise de suspendre les vols vers la Chine et Hong-Kong. 


 

Rédigé par E. Moris le Samedi 15 Février 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.