Menu

International

Crise sans précédent au Sri Lanka : A court de devises, les autorités appellent à la générosité de sa diaspora


Rédigé par E. Moris le Mercredi 13 Avril 2022

« L’espoir fait vivre la BoM, but it does not feed the population », a lancé le leader de l’opposition.



A Maurice, lors de la PNQ axée sur l’absence de devises dans le pays et la dévaluation de la roupie, le ministre des Finances, Renganaden Padayachy a indiqué que pour 2020 et 2021, le pays a enregistré un manque à gagner total de 122 milliards de roupies en termes de devises étrangères. Il a ajouté que depuis mars 2020, la Banque de Maurice est intervenue sur le marché des devises en vendant 2,9 milliards de dollars américains. 

Il a aussi reconnu que la roupie a connu une dévaluation de 7,6% en 2020 et 9,2% en 2021. Et dans la foulée, de novembre 2019 à mars 2020, la roupie s’est dévaluée de 8%. Renganaden Padayachy a aussi critiqué ceux qui spéculent contre la roupie en gardant leurs devises et a affirmé «qu’il n’y a pas de pénurie de devises ». Rappelons que le rapport du Fonds monétaire international (FMI) pour l’année 2020/21, soutient que « la roupie mauricienne est surévaluée de 40% ». Mais pour Padayachy, « j’ai entendu que la roupie a été dévaluée, mais nous n’allons pas suivre les recommandations du FMI ». La BoM, a soutenu le ministre, espère une « entrée en devises » avec la reprises des activités touristiques.

« L’espoir fait vivre la BoM, but it does not feed the population », a lancé le leader de l’opposition.

Pas loin de chez nous, le Sri Lanka a demandé à ses citoyens vivant à l'étranger de donner de l'argent au pays, en défaut de paiement et à court de devises pour importer vivres, médicaments et carburant. En effet, le Sri Lanka traverse sa pire crise économique depuis son indépendance en 1948. Le pays s'est déclaré en défaut de paiement sur la totalité de sa dette extérieure de 51 milliards de dollars.

Le gouverneur de la Banque centrale, Nandalal Weerasinghe, a exhorté dans un communiqué les Sri-Lankais de l'étranger à "soutenir le pays dans ce moment critique en donnant les devises dont nous avons tant besoin". Contactés par l'AFP, plusieurs Sri-Lankais vivant à l'étranger ont accueilli l'appel aux dons de la banque centrale avec scepticisme. "Cela ne nous dérange pas d'aider, mais nous ne pouvons pas faire confiance au gouvernement avec notre argent", a déclaré à l'AFP un médecin sri-lankais en Australie, sous couvert d'anonymat. 

Depuis des semaines, les Sri-Lankais subissent coupures de courant et graves pénuries de nourriture, de carburant et de produits pharmaceutiques. Une grande partie des 22 millions d'habitants de l'île se sont retrouvés plongés dans la misère. La crise, due à la pandémie de Covid-19 qui a privé le pays de sa manne touristique, a été aggravée par une série de mauvaises décisions politiques, selon les économistes. 

Cette crise a déclenché un vaste mouvement de contestation populaire contre le président Gotabaya Rajapaksa et son clan familial, appelant à sa démission. 

Mercredi 13 Avril 2022


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 13/04/2022 22:17
On a les dirigeants qu'on mérite.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.