Menu


Société

Criminaliser le viol conjugal et décriminaliser les rapports sexuels consentants entre homosexuels


Rédigé par E. Moris le Samedi 25 Juillet 2020



Photo illustration
Photo illustration
C’est l’une des recommandations de la National Human Rights Commission, dont le rapport annuel 2019 a été publié a été publié cette semaine.

Un  des aspects concerne la violence domestique. Ainsi, la National Human Rights Commission recommande une définition plus claire de l'abus sexuel. Elle suggère même qu’il soit décrit comme une situation où une personne est «forcée de participer à une activité sexuelle non désirée, dangereuse ou dégradante».

Tout aussi important : la National Human Rights Commission recommande la violence économique soit incluse dans la définition de violence domestique. La NHRC est aussi en faveur de la décriminalisation des relations homosexuelles entres adultes consentants. Pour l’organisme, il est temps d’accepter, sur le plan social, et d’inclure, sur le plan légal, « la communauté LGBT à Maurice ».

D’autre part, la commission suggère aussi que les personnes qui ne se sont pas acquittées du paiement d'amendes ne soient pas incarcérées. Du moins si elles ne sont pas considérées comme des dangereux criminels. L’organisme soutient que la vie de ces personnes pourrait être détruite. De plus, la commission estime que l’État ferait des économies si les tribunaux privilégiaient les travaux communautaires comme peines.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.