Menu


Société

Création du Prime Minister’s Relief Fund, pour y mettre le salaire des élus de la République ?


Rédigé par E. Moris le Vendredi 7 Août 2020



L’état d’urgence environnementale a été décrétée ce vendredi 7 août 2020, au conseil des ministres.

Le Premier ministre Pravind Jugnauth a signé une Environmental Emergency Declaration sous l’Environment Protection Act.

Un compte bancaire spécial a été crée sous le Prime Minister’s Relief Fund à la State Bank of Mauritius pour subvenir aux frais qui seront occasionnés par la fuite d’huile du Wakashio. Toutes les contributions locales et internationales seront créditées sur ce compte avec pour objectif de couvrir les dépenses relatives à la marée noire.

Incompétence, mauvaise gestion de  la crise et manque flagrant de communication...les mots sont lâchés. Est-il trop tôt pour faire le bilan ? Non, à en croire tous ceux qui ont tiré la sonnette d'alarme depuis près treize jours, face à la menace de marée noire dans les lagons du Sud-Est. 

Chacun s'accorde à dire, que la situation d’aujourd’hui est le résultat d’une suite infernale de mauvaises décisions du gouvernement de Maurice. Incapable de prendre des décisions, tout est fait dans l’opacité et viennent dire que tout est  « under-control ». Le Premier ministre a déclaré que le naufrage du Wakashio représente un danger pour le pays, alors que le gouvernement à tout fait pour démentir que le vraquier prenait l’eau.

Les autorités n'ont pas hésité à parler « d'images manipulées et trompeuses » venant de la presse, des citoyens et des écologistes qui ont tiré la sonnette d'alarme.

L'inspecteur de police Shiva Coothen, dans une déclaration qui entrera dans l'histoire, comme étant la chose la plus stupide à dire face à la crise écologique de Maurice : "Le  navire ne coule pas : le Wakashio se repose tranquillement sur le sable pour ne pas abîmer davantage sa coque et les récifs".


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.