Menu

Santé

Covid-19 : une deuxième vague frappe violemment l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Mercredi 10 Mars 2021



Le Premier ministre s’est adressé à la nation dans la soirée de mardi. Il a annoncé avec une grande brutalité que l’île Maurice sera en confinement national à partir de ce mercredi 10 mars jusqu’au 25 mars. 

A l’île Maurice, un cluster a été identifié parmi les employés d’une société d’importation de fruits et légumes à Curepipe. Lors de l’annonce du premier cas le vendredi 5 mars, un sentiment de "panique" s’est fait sentir. Les conclusions des tests et des enquêtes menées sont attendues pour savoir comment ces employés ont été contaminés, et s’il existe une faille dans le système mis en place.

Qui sont les responsables ?

Ces nouveaux cas autochtones surviennent alors que la campagne de vaccination avait démarré sur le plan national. A ce jour, le nombre de cas locaux s'élève à 28 après la détection de 13 nouveaux cas positifs au Covid-19, malgré des conditions drastiques de la quarantaine.

Une situation chaotique 

Des étudiants positifs, des enfants en bas âge et des personnes ayant des antécédents médicaux. Après un cas confirmé au Mauritius College, deux autres étudiants, (deux frères), l'un fréquentant le collège St-Joseph et l'autre le collège Sir Abdool Raman Osman. Ils ont tous les deux participé à une prière religieuse dimanche dernier, à laquelle 250 personnes étaient conviées. Deux étudiants du Curepipe College parmi les 13 nouveaux cas. L'un de Grade 8 et l'autre étudiant de Grade 7.

« À l’heure qu’il est, 10 proches de notre famille ont été testés positifs ».

Pour rappel, Noorjahan Gungah est l’étudiante âgée de 21 ans, qui a été testée positive et admise à l’hôpital ENT, mardi 9 mars. Parmi les dix proches, un bébé d’un mois, un bébé de trois mois et une dame de 80 ans. 
 

Mercredi 10 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.