Menu


Justice

Covid-19 : Une Mauricienne bloquée aux Maldives, la cour suprême invitée à se prononcer


Rédigé par E. Moris le Samedi 16 Mai 2020



Chacun peut avoir son avis. Mais au final, c’est celui de la cour suprême (et peut-être du Privy Council) qui sera déterminant.

Et justement, notre plus haute juridiction légale a été saisie d’une affaire traitant de ce sujet. Une Mauricienne, coincée au Maldives, a initié une action contre le gouvernement. Elle soutient que la décision du gouvernement mauricien de fermer le territoire à ses propres ressortissants est anticonstitutionnelle, déraisonnable, irrationnelle et illégale.

L’action a été logée vendredi. La Mauricienne est représentée par l’avocate Lovena Sowkhee et l’avoué Christophe Ohsan-Bellepeau.

Dans les faits, elle réclame un ordre intérimaire pour pouvoir rentrer à Maurice. L’affaire sera appelée le lundi 18 mai prochain. Cette jeune femme explique, dans sa plainte, que l’hôtel pour lequel elle travaille va fermer ses portes et qu’elle, ainsi que 41 autres Mauriciens, ne peuvent rester sur place.

Elle soutient que le groupe a fait les démarches pour avoir un avion privé qui les déposera à Maurice le 20 mai prochain. Mais pour que l’appareil puisse atterrir, l’aviation civile mauricienne doit donner son aval.  Or, soutient-elle, le 11 mai, l’Acting Secretary du ministère des Affaires étrangères a annoncé par courriel que la requête ne pourra pas être entretenue.

La Mauricienne réclame un ordre de la cour sommant le Premier ministre, qui chapeaute l’aviation civile, pour donner le feu vert à leur retour. Les parties impliquées dans l’affaire, soit l’Etat, le Premier Ministre et le ministère des Affaires Etrangères doivent donner leurs explications le 18 mai.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.