Menu



Politique

[Covid-19] Pravind Jugnauth « Si mo ti ecoute sa bann bourik la longtemps nou ti pou reste fermé»


Rédigé par E. Moris le Dimanche 20 Décembre 2020



A l’Avenir, ce dimanche 20 décembre, lors de la célébration des 100 ans de l’Arya Samaj, le Premier ministre a fait ce qu'il sait le mieux faire, profiter d'une tribune pour critiquer ses adversaires politiques et ses détracteurs qui "ébranlent l'harmonie du pays".

Alors qu'au Parlement il est moins volubile concernant l'affaire d'Angus Road, c'est un Pravind Jugnauth revanchard qui a profité une nouvelle fois d'être invité dans un cadre religieux pour régler ses comptes. 

Après avoir pris la peine de venir au secours de son ministre et colistier Yogida Sawmynaden dont le nom est cité dans une enquête judiciaire sur le décès de son agent Kisten, Pravind Jugnauth est revenu sur la crise sanitaire de la Covid-19 à Maurice. Le Premier ministre avance qu'il a fait l'objet de beaucoup de critiques, notamment sur sa gestion de la Covid-19. Ne digérant toujours pas que le soutien du secteur privé, notamment l’hôtellerie, lors de la marche citoyenne du 29 août à Port-Louis, Pravind Jugnauth cogne de nouveau sur le secteur touristique où les patrons souhaitent pour leur part réduire la quarantaine à sept jours.

« Enn ta critique fine ena. Mo ecouter et kan mone tane ban conneries, mo fine met li de kote. Si mo ti ecoute sa bann bourik la longtemps nou ti pou reste fermé. Azordi ena ban la force dans ban moment difficile au lieu collaborer zot mette baton dan la roue. Covid inn vini, et malheureusement beaucoup secteur inn reculer. Nou bizin fer bokou zeffort et fer sacrifice, » avance-t-il.

 

Dimanche 20 Décembre 2020


1.Posté par Karo le 20/12/2020 20:52
Je comprends pas que ce mec(jugnauth) soit avocat avec le peu d intelligence qui le caractérise
Il met le pays parterre pour ne pas dire sous terre et il critique....
Mais qu il s'en aille !!! basta ! Ça suffit ce gugusse minable

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.