Menu



Société

Covid-19 : Non, le Maradiva ne fait pas partie des quatre hôtels parmi les centres de quarantaine


Rédigé par E. Moris le Samedi 21 Mars 2020



@ maradiva villas resort & spa
@ maradiva villas resort & spa
En cette période de crise, la solidarité est plus que jamais d’actualité. A travers le monde, les établissements hôteliers mettent à la disposition des autorités des chambres, suite à l’appel à solidarité du gouvernement.

C'est ainsi que dans le cadre du combat national contre la propagation du Covid-19, le Groupe Trimetys met un de ses établissements hôteliers, Be Cosy Apart Hotel, à la disposition du ministère de la Santé pour servir de centre de quarantaine, depuis jeudi soir. Situé à Trou aux Biches, Be Cosy Apart Hotel a mis la totalité de ses 100 chambres à la disposition du ministère de la Santé.

Les opérations seront assurées sur place par les équipes du ministère de la Santé et fonctionnera selon un modus operandi agréé.

Outre cet hôtel, Emeraude Beach Attitude et Asso Villa accueillent aussi des patients. Le Groupe Beachcomber a proposé de faire de l’hôtel Victoria Beachcomber un centre de quarantaine. Le Groupe mettra l’hôtel Victoria Beachcomber Resort & Spa à la disposition de l’Etat mauricien à partir du lundi 23 mars. 

Soulignons qu'à Rodrigues les hôtels le Récif et les Flamboyants ont aussi proposé leurs chambres à la disposition du gouvernement.

De son côté le CEO de Maradiva Villas Resort & Spa et Sands Suites Resort & Spa, Sanjiv Ramdanee, frère de l'épouse du Premier ministre, Kobita Jugnauth qui est également actionnaire, a annoncé que tous les frais d’annulation et de report de séjours réservés ont été rayés pour les voyages jusqu’au 30 juin 2020. Cette décision a été prise afin de permettre aux clients de reporter leur voyage sans pénalité et sans complications...

Nous voila rassurés...

Samedi 21 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.