Menu


Société

Covid-19 : Apprendre « à vivre avec » n’est pas une option, c’est une nécessité


Rédigé par E. Moris le Lundi 7 Septembre 2020

Le nombre des contaminations, voire parfois des hospitalisations, est à la hausse dans une série de pays et alimente la peur : la deuxième vague de Covid-19, tant redoutée, est-elle déjà en vue ?



L’ouverture des frontières représentait d’indéniables facteurs de risques aux yeux de nombreux spécialistes. Ils craignaient, par ailleurs, les conséquences d’un déconfinement rapide.

Les frontières aériennes s’ouvrent et se ferment au gré des pics. Plusieurs gouvernements ont, en tout cas, adopté rapidement des mesures engendrant une seule certitude : le retour à un fonctionnement normal. L'île de la Réunion ne fait pas exception.

Dimanche 6 septembre, l'île de La Réunion, a rejoint la liste des 22 départements déjà en seuil de vulnérabilité élevée à l’épidémie du Covid-19, en basculant dans le rouge. Ce, après avoir recensé 220 nouveaux cas positifs en un week-end et enregistré trois décès. 

90 % des cas sont autochtones. Ce qui a favorisé ces nouveaux clusters.

Depuis le 22 août, c'est un mini confinement, bien que les frontières restent ouvertes. Les rassemblements de loisirs de plus de dix personnes sont interdits dans les lieux publics (plages, forêts…) et interdiction d'accueil dans certains établissements, les marchés, les lieux de cultes des crèches, selon les communes. 

La parole à un Mauricien, Pierre-Yves Maria

La Réunion, comme n’importe quel pays autour de la planète, a juste enclenché et affronte la traversée du « pic épidémique ». Passage obligatoire pour pouvoir « vivre avec le COVID » qui est à terme la seule option réaliste. Apprendre « à vivre avec » n’est donc pas une option, c’est une nécessité. Comme à vivre avec les autres maladies virales comme la grippe qui tue, malheureusement, elle aussi tous les ans.

Le respect des consignes : distanciation, lavage de main, port du masque... et de s’adapter !

Fermer les frontières n’est pas une solution, c’est un pansement court-termiste. Il protège momentanément mais ne peut aucunement perdurer dans le temps. Les conséquences sur nos libertés et sur notre économie auront des répercussions bien plus graves que l’impact sanitaire que nos gouvernants ont érigé en objectif absolu. C’est une stratégie de l’autruche, c’est réglé le « problème » du moment sans anticiper les conséquences à moyen terme qui va nuire à toute la population. Le miracle économique est bien loin, il est temps de tout faire pour éviter maintenant le désarroi économique...


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.