Menu

Faits Divers

Cour suprême : Un mandat d’arrêt émis contre Me Akil Bissessur


Rédigé par E. Moris le Lundi 9 Mai 2022

Rappelons que l’affaire concerne une action de Sherry Singh contre Akil Bissessur. Il l’accuse d’outrage à la cour.



Alors qu’aux Casernes centrales, tout se déroule bien pour l’avocat, c’est en cour suprême qu’il y a une tempête contre lui. En effet, pour une affaire d’outrage, Me Akil Bissessur se devait d’être présent en cour suprême. Mais étant pris aux Casernes centrales, où il était interrogé, il n’a pu être présent en cour suprême. La chef juge a émis un mandat d’arrêt contre lui.

Dès sa sortie des Casernes centrales, l’avocat Akil Bissessur s’est rendu en quatrième vitesse en cour suprême, devant la chef juge, pour s’expliquer sur les raisons de son absence en cour ce matin. Le mandat d’arrêt sera probablement révoqué dans l’après-midi mais ce lundi n’aura pas été de tout repos pour l’avocat.

 

Interrogé, Me Akil Bissessur repart libre des Casernes centrales 

L’avocat a été une nouvelle fois convoqué ce matin par le Central CID. Cette fois, c’est pour non-respect d’une des conditions de sa remise en liberté conditionnelle suite à une arrestation en 2021. Me Akil Bissessur a été interrogé par la Cybercrime Unit. Il était accompagné de son avocat, Ashley Hurhangee. Rappelons que Me Akil Bissessur avait été arrêté le 13 mars 2021 pour une histoire de circulation d'une bande sonore faisant état d'un éventuel état d'urgence sanitaire. Une des conditions de sa libération sous caution était qu’il ne devait pas causer une quelconque « annoyance » à autrui. Pour la police, en postant la photo du constable Callichurn, Me Akil Bissessur a pu enfreindre une des conditions de sa libération. C’est par rapport à cet aspect qu’il a été interrogé ce matin. Il a été autorisé à partir. La police lui a dit qu’elle allait solliciter un avis du DPP.

Lundi 9 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.