Justice

Cour internationale de justice : les débats battent leur plein

Mardi 4 Septembre 2018

Mardi, l’Afrique du Sud a donné le coup d'envoi de la deuxième journée des débats sur le dossier Chagos devant la Cour internationale de Justice (CIJ).

La conseillère juridique principale de l’État, Mme J. G. S. de Wet, a expliqué pourquoi le tribunal devait « rendre un avis consultatif sur les implications légales de l’excision des Chagos du territoire mauricien », tel que réclamé par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Pour elle, la décolonisation et l’intégrité territoriale d'une nation ne peuvent être considérées comme un simple différend bilatéral. 

L’Allemagne a succédé à l’Afrique du Sud. Son représentant a expliqué que la position de son pays n’est pas que la Cour internationale de justice ne puisse donner un avis consultatif sur le détachement des Chagos ou la décolonisation.

Bien au contraire, pour l’Allemagne, cela devrait faire l’objet d’un examen minutieux. Toutefois, l’Allemagne estime que les questions soumises à la CIJ devraient être posée appropriée. Et dans ce cas, les deux questions posées devant la Cour ne le sont pas. 

Actuellement c’est l’Australie qui intervient. Ses représentants tentent d’expliquer à la CIJ qu’elle devrait exercer sa discrétion et refuser de rendre un avis consultatif sur la question.

Rédigé par E. Moris le Mardi 4 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.