Menu


Faits Divers

Corps calciné à Sable-Noir : Le fils adoptif soupçonné de meurtre


Rédigé par E. Moris le Mardi 17 Décembre 2019

Samedi 14 décembre, le corps calciné d'un homme a été retrouvé allongé et attaché au pied d’un arbre, sur la plage de Sable-Noir.



C'est à la suite d'un appel, que les policiers du poste de police de Bain-des-Dames et de la Criminal Investigation Division de la Metropolitan Police de la division sud se sont rendues sur les lieux.

Le cadavre avait été transporté à la morgue de l'hôpital Dr A.G.Jeetoo, à Port Louis à des fins d'autopsie, la conclusion du rapport a conclue une mort par asphyxie. La victime avait aussi les côtes fracturées.

L’identité de la victime connue.

Il s’agirait de Frank Yvon Vellien, âgé de 40 ans. Sa compagne, Yvonne Catherine Antoine, 38 ans, et son fils adoptif Jordan Gujadhur, 22 ans, ont été arrêtés dans la journée de dimanche.

Un triangle amoureux fatal

La victime soupçonnait Jordan Gujadhur d’entretenir une relation amoureuse avec sa compagne. Une vive dispute a éclaté, Jordan Gujadhur s’est interposé en agressant Yvon Vellien à coups de barre de fer.

Un meurtre planifié

Il aurait enveloppé par la suite la victime dans un matelas, puis placé dans une voiture direction la plage de Sable-Noir. Le corps de la victime a été déposé au pied d’un arbre, avec l’aide de sa concubine, avant de mettre le feu.

Les enquêteurs tentent d’établir si la victime était encore en vie avant d'être brûlé, l’autopsie ayant noté la présence de monoxyde de carbone dans son estomac.

Après le crime, les deux suspects sont retournés chez eux à Coromandel. La police soupçonne qu’une troisième personne serait impliquée dans ce crime et aurait aidé Jordan Gujadhur et Catherine Antoine à transporter Yvon Vellien dans le véhicule.

Les suspects ont été arrêtés, ils devront répondre à une accusation de meurtre au tribunal ce mardi.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.