Menu

Santé

[Coronavirus] Des passagers d'un vol Alitalia retournent en Italie au lieu de passer 14 jours en quarantaine à Maurice


Rédigé par E. Moris le Mardi 25 Février 2020

Le gouvernement italien par le biais de son ministère des Affaires étrangères a annoncé hier qu'un avion de la compagnie Alitalia est bloqué à l'île Maurice.



Un avion ayant à son bord des passagers provenant des régions les plus touchées par l'épidémie de Covid-19 en Italie, a été bloqué à son atterrissage à Maurice, a indiqué lundi le ministère italien des Affaires étrangères.

L'avion qui a décollé de Rome, transportait environ 300 personnes dont une soixantaine originaires de Lombardie et Vénétie qui se sont vu interdire de débarquer, selon l'agence italienne Ansa qui cite des sources informées.

Le ministère de la Santé mauricien soutient pour sa part que les tests de dépistages ont été menés selon les protocoles établis. Mais contrairement à ce qui aurait été rapporté, certains passagers ont été autorisés à pénétrer sur le territoire mauricien. Les inspecteurs sanitaires effectueront un suivi chaque deux jours à leur hôtel.

Arrivés à Maurice pour leur lune de miel, 15 couples Sud-Coréens mis en quarantaine.

Quarante passagers du même vol Alitalia provenant des régions d'Italie les plus touchées par l'épidémie de nouveau coronavirus sont eux, repartis vers Rome après avoir été interdits d'entrée sur le sol mauricien.

"Les 40 passagers concernés sont sur un vol retour vers l'Italie. Ils sont actuellement dans les airs et doivent atterrir à 01H00 (locales mardi, 24H00 GMT)", a indiqué Paolo Sanguinetti, un porte-parole d'Alitalia.

De son côté, le gouvernement mauricien a annoncé que tous les passagers ayant séjourné en Lombardie, Vénétie ou Émilie-Romagne et en Corée du Sud au cours des 14 derniers jours n'étaient désormais plus autorisés à entrer sur le territoire mauricien. 


 
 

Mardi 25 Février 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.