Economie

Consultations pré-budgétaires : « perte de temps » et « show de mauvais goût »

Jeudi 9 Mai 2019

Les syndicalistes ont été les premiers à rencontrer le Premier ministre et ministre des Finances pour lui faire part de leurs propositions. 

Les propositions portaient notamment sur les lois du travail, le financement politique, la TVA, la réforme des organismes chargés du recrutement dans la fonction publique et même une discrimination alléguée pour ceux se rendant à Rodrigues.  

Après les syndicalistes, c’était au tour des représentants du secteur des PME de rencontrer le Premier ministre.

Le ton était donné par Amar Deerpalsing, président de l’Association des PME, a boudé l’événement, qu’il qualifie de « perte de temps »et de « show de mauvais goût ».  

Si le Premier ministre a indiqué que la date de la présentation du Budget 2019-20 n’a pas encore été fixée, c'est notamment à cause de son agenda chargé.

Hier, le jeudi 9 mai, Pravind Jugnauth avait continué les rencontres au Bâtiment du Trésor avec avec des représentants de l’Agro-industrie, ceux de la pêche et des représentants des sociétés coopératives.

Sa conclusion était des plus étonnantes, il a annoncé que certaines demandes formulées dans le cadre de ces consultations sont «irréalistes» car dans le contexte impossible à mettre en place.

Le président du syndicat des pêcheurs, Judex Ramphul a déclaré à l'issue de ces consultations pré-budgétaires : « Inn ariv l'heur pou aret fer bann konsiltasyon pre-bidzeter ». A la place, il propose la mise sur pied d'un comité spécial composé d'un représentant de chaque ministère afin de faire un suivi sur le secteur de la pêche.

C’était au tour également des représentants du patronat de faire des propositions en vue du prochain budget. Le président de Business Mauritius, Cédric de Spéville a demande une exploitation maximale des énergies renouvelables comme le solaire et réclame plus de visibilité sur l’utilisation de la bagasse dans la production d’électricité. 

Rédigé par E. Moris le Jeudi 9 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.