Menu


Société

[Confinement national] Et au milieu de cette hystérie : le calvaire des caissières


Rédigé par E. Moris le Lundi 23 Mars 2020

Le confinement est effectif depuis vendredi dernier à Maurice. Depuis cette annonce exceptionnelle dans un contexte de crise sanitaire nationale, ils sont nombreux à se jeter dans les grandes surfaces de l’île, multipliant le risque de contagion.



N’ayant pas compris les consignes sur le confinement, qui permet toujours d’aller faire les courses, de nombreuses personnes continuent de se ruer vers les magasins alimentaires. La peur de l’apocalypse a donc engendré sa création dans les rayons. 

Au milieu de ce chaos : le personnel des magasins. Dans les grandes surfaces, les gens s’agglutinent autour des caisses, sans le moindre respect des recommandations sanitaires qui préconisent un mètre de distance.

Des journées en enfer avec la somme astronomique de travail avec des chariots remplis à ras bord. "Je vois des gens revenir plusieurs fois dans la semaine". Cette caissière de supermarché que nous appellerons Sonia, a tenu à témoigner. C’est pour montrer le décalage entre les règles de sécurité sanitaire mises en place dans les magasins et le peu de mesures barrières prises par les clients.

Si les salariés font tout pour se protéger du coronavirus, les clients eux, sont beaucoup moins vigilants et conscients des conséquences de leur déplacement excessif.

"Je vois des gens revenir pour des chips, des boissons gazeuses ou alcoolisés, de la confiture...". "D'autres font des réserves de produits laitiers pour plus d'un mois de consommation".

Il n'y aucun problème d'approvisionnement, mais ces aller-retours continuent de créer un flux constant et exténuant pour ces caissières, qui vivent des journées de stress permanent.

Sonia de conclure, "je quitte ma famille pour me rendre au travail avec la boule au ventre chaque jour, j'ai peur de faire les mauvais gestes malgré mes gants et mon masque. Le plus dur c'est l'irritabilité des gens qui trouvent qu'on ne va pas assez vite pour eux...si ils savaient toutes nos courbatures à la fin de la journée." 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.