Menu


Social

Compensation salariale de Rs 300 :Le syndicaliste/politicien Reeaz Chuttoo se dit satisfait


Rédigé par E. Moris le Vendredi 29 Novembre 2019

Le Premier ministre Pravind Jugnauth a annoncé le montant alloué à la compensation salariale qui sera de Rs 300. Cette somme sera appliquée dès le mois de janvier 2020.



Les syndicalistes étaient mécontents des Rs 200 proposés par le ministère des Finances, cette augmentation de Rs 100 ne devrait pas non plus leur plaire car ils réclamaient entre Rs 600 et Rs 1 250.

Mais c'est sans compter la Confédération des travailleurs des secteurs privé et public (CTSP) qui affiche une certaine satisfaction après l’annonce du montant de la compensation salariale de Rs 300 hier, vendredi 29 novembre. 

Le porte-parole de la CTSP, Reeaz Chuttoo, devenu un des meilleurs agent du gouvernement de Pravind Jugnauth, est d’avis qu’il faut qu’il y ait une visibilité «ziska 2024, parski saler minimal pou ariv 13500 rupi».

Rashid Imrith, président de la Government General Services Union (GGSU), estime, pour sa part, que le gouvernement aurait pu mieux faire. Narendranath Gopee, président de la Federation of civil service and other unions : « Nous ne sommes toujours pas d’accord avec ce chiffre », déclare Narendranath Gopee.

A noter que la compensation salariale sera accordée aux employés des secteurs privé et public qui ne touchent pas plus de Rs 50 000 par mois. Ceux qui obtiennent un salaire mensuel de plus de Rs 50 000 n'obtiendront pas de compensation salariale.

Le salaire minimal : Rs 10,200 incluant les Rs 300 de compensation. Le salaire minimal a donc connu une hausse de Rs 1200.

Une «special allowance» de Rs 860 par salarié touchant jusqu’à Rs 50 000 est prévue pour les entreprises tournées vers l’exportation. Le montant pour les «non-export» est de Rs 500. Cette allocation concerne uniquement les employés  mauriciens.

Soulignons que l’état devra débourser Rs 1,7 milliard pour financer la compensation salariale, alors que le patronat devra investir Rs 1,8 milliard.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.